Société › Faits divers

Affaire Rayanatou Keita: « Ma fille m’a demandé de prier pour elle… »

Image d'illustration

Rayanatou Keita rêvait d’arriver en Europe dans le but d’aider sa famille restée en Guinée. Mais le destin en a décidé autrement.
Rayanatou Keita commerçante est parmi la cinquantaine d’africains morts noyés aux larges des côtes marocaines la semaine dernière. La triste nouvelle est tombée comme un couperet dans la famille. Au quartier de la défunte à Bellevue dans la commune de Dixinn la douleur est indescriptible. Sa mère en sanglots a regretté la mort de sa fille aimée qui était orpheline de père. Elle était tout pour elle. Sous le choc, madame Fatou Sow a témoigné que c’est la pauvreté qui a poussé sa fille à voyager clandestinement pour soutenir sa famille.
« Je suis un enfant unique et j’ai perdu mes parents il y a longtemps. Ma fille Rayanatou Keita a grandi dans cette pauvreté. Elle vendait à Madina Avaria avec ma coépouse. Un jour elle m’a dit maman je vais voyager pour nous faire sortir de cette pauvreté. C’est ainsi qu’elle est partie en Egypte, elle m’a appelé un jour pour me demander de prier pour elle et lui faire des bénédictions en me conseillant. Et elle m’a dit qu’elle veut aller en Espagne. La semaine passée elle m’a appelé pour me dire qu’elle a bougé du Maroc pour l’Espagne. J’avais peur, elle m’a demandé de prier pour elle et faire des sacrifices. Ma fille était tout pour moi et ma coépouse. Donc difficilement, ils ont pu m’annoncer que ma fille est morte dans la mer au Maroc. Je ne sais quoi dire. Elle voulait partir en Espagne pour aider sa famille parce qu’elle a vu que son père est décédé dans la souffrance et son grand-frère est mort dans un accident de voiture. Mais Dieu a décidé autrement », a regretté Fatou Sow qui prie pour le repos de l’âme de sa fille.


Cette mère se dit préoccupée par ces tragédies qui continuent d’endeuiller de nombreuses familles. « Nos enfants sont en train de mourir en voulant chercher le bien-être. Aujourd’hui ma fille est partie, demain c’est serait l’enfant d’un autre. Je suis vraiment inquiète de cette situation, parce que c’est la souffrance qui fait tout ça ». Maciré Keita, jeune sœur de Rayanatou Keita sous le choc elle aussi confie qu’elle avait déjà vu en rêve la mort de sa grande-sœur. « Je faisais des rêves qui me montraient la mort de ma sœur (…) Hier, je me suis connectée sur internet et j’ai vu que 52 personnes sont mortes au Maroc. J’ai partagé, c’est le soir que j’ai compris que ma sœur faisait partie des victimes », a sangloté Maciré Keita.

À LA UNE
Retour en haut