International › APA

AfSud : la corruption freine les efforts de réconciliation (enquête)

Une enquête de l’Institut pour la justice et la réconciliation (IJR) révèle que plus de 80% des Sud-africains pensent que la réconciliation est impossible tant que la corruption ne baisse pas dans le pays.La chercheuse principale de l’IJR, Elnari Potgieter, a déclaré que 84,4% de ses compatriotes pensent que le « voile sombre de corruption » qui pèse sur l’Afrique du Sud affecte la confiance du public dans les dirigeants du pays et, par conséquent, entrave les efforts pour unir les races.

S’exprimant lors du lancement du baromètre de la réconciliation 2019 au Cap, elle a déclaré que la majorité des Sud-Africains avaient déclaré aux chercheurs que le manque de confiance dans le leadership accentue les divisions entre les races.

Selon la chercheuse, la plupart des personnes interrogées étaient également d’avis que la réconciliation dans le pays sera impossible tant que la violence sexiste persistait et tant que les politiciens continuaient à exploiter les divisions sociales à des fins politiques.

La décomposition de la réconciliation en différentes composantes a mis en évidence le fait que « s’il existe différentes manières de travailler dans ce sens, cela semble un peu moins écrasant », a déclaré Potgieter.

Selon elle, le baromètre est basé sur une enquête auprès de 2400 personnes qui ont répondu aux questions « sur une base volontaire et en face-à-face », et l’échantillon était nationalement représentatif de la population adulte.

Elle a ajouté que la recherche a révélé un grand écart entre ceux qui considèrent la réconciliation comme nécessaire (77%) et ceux qui estiment l’avoir personnellement vécue (51%).

Selon l’enquête, la moitié des Sud-Africains estiment que la corruption s’est aggravée depuis 1994 et qu’un peu moins d’un tiers estime que les relations raciales ont changé pour le mieux, là où 40% pensent que les inégalités sont pires qu’avant l’avènement de la démocratie il y a 25 ans.


À LA UNE

Retour en haut