Eco et Business › Energie

Alpha Condé révèle : « pourquoi j’ai placé les mines sous mon contrôle…»

En Guinée, les mines sont désormais sous le contrôle de la présidence. La Soguipami (société guinéenne du patrimoine minier) qui relevait directement du département des mines et de la géologie a été rattachée à la présidence de la République. Cette société stratégique qui fournit au pays l’essentiel des devises est sous contrôle d’Alpha Condé. Ce mercredi 24 avril 2019, le chef de l’Etat a expliqué pourquoi il a rattaché cette société à la présidence. Extrait.
« Nous allons nous prémunir de toute action qui demain va nuire à l’environnement en Guinée (…). Nous venons de finir la géophysique au cent millième qui nous permet d’avoir une vision plus claire des autres ressources que nous avons. Que ce soit le Cobalt, le partinium, le cuivre. Nous aurons la même politique pour la bauxite et nous partagerons les résultats. Mais nous serons très stricts dans cette politique, ça sera par appel d’offre. Nous avons un cas particulier avec une société canadienne qui avait une licence d’exploitation du graphite à Lola (…) il y a le cuivre et le cobalt. Je reviens à la Soguipami, on fait un appel d’offre ouvert. On doit informer tout le monde qu’il y a du cobalt et du cuivre (à tel endroit et demander) qui est intéressé. Parce que quand vous avez rendu la moitié, ça appartient désormais à la Guinée. Vous n’avez aucun droit là-dessus.


Nous ne permettrons pas les combines. Nous informerons le monde entier qu’à Lola, nous avons le Cobalt et le Cuivre, qui est intéressé. Car on doit chercher à maximaliser nos profits. Et j’y veillerai personnellement. C ’est pourquoi il y a une semaine, j’ai pris un décret pour transférer la tutelle de la Soguipami à la présidence. Car on doit veiller à ce que tout le monde respecte les intérêts du peuple de Guinée. Nous avons fait deux choses dans le code minier : la transparence et la lutte contre la corruption. C’est en cela que nous avons publié tous les contrats miniers. On n’a rien à cacher. Deuxièmement, nous avons annulé 800 permis. Et tout le monde sait la bagarre que nous avons menée concernant Simandou. Aujourd’hui, nous sommes arrivés à une solution heureuse. Quand il s’agit de défendre les intérêts du peuple de Guinée, je ne reculerais devant rien (…) », a expliqué Alpha Condé.

À LA UNE
Retour en haut