Bon plan

A la découverte de FOUTA-DJALON

Ensemble de hauts plateaux situés en Guinée, le Fouta-Djalon, souvent appelé le « château-d’eau de l’Afrique de l’Ouest » couvre environ 80 000 kilomètres carrés. Cet ensemble est composé de couches épaisses de grès et de basaltes, relevées vers le sud-est. Le Fouta-Djalon s’élève au-dessus de la plaine côtière à l’ouest et au nord par une série de gradins ; à l’est, la retombée sur la plaine est plus douce, les vallées y sont moins profondes. Les plateaux sont très disséqués par des vallées profondes et étroites, fréquemment orientées nord-sud, changeant brutalement de direction. Ils sont souvent cuirassés de latérite ; on les désigne par le mot peul bowal (ou bowé au pluriel) ; leur importance économique et humaine est très grande.

Les plateaux présentent des zones différentes : les hauts plateaux centraux (1 200-1 515 m), autour de Labé et de Pita, sont traversés par des vallées profondes ; le plateau oriental, où le Bafing, l’une des deux branches mères du Sénégal, prend sa source ; le rebord nord, tourné vers Youkounkoun et dominé par le mont Loura (1 515 m), point culminant du Fouta-Djalon, près duquel la Gambie prend sa source ; le plateau ouest, plus bas, autour de Gaoual et Télimélé, disséqué par le Cogon, le Tominé et le Fatala. Les gabbros forment souvent les pics : mont Gargan près de Kindia, massif Kakoulima au nord-est de Conakry.

Le climat du Fouta-Djalon est plus sain que celui des plaines côtières. Les températures varient de 22 0C en saison sèche à 18 0C en saison humide. De décembre à février, saison sèche, souffle l’harmattan, et, dès avril, débute la saison des tornades et des pluies qui dure jusqu’en septembre. Les précipitations annuelles varient de 1 700 à 2 000 millimètres. La végétation, soumise à l’alternance de périodes de précipitations abondantes et de sécheresse (4 mois), doit pousser sur des sols peu riches et même non cultivables. La forêt primitive, réduite par les pratiques agricoles, a laissé place à la brousse, brûlée périodiquement pour permettre une agriculture sur brûlis (lougan).

Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldeconakry.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut