International › APA

Burkina : le syndicat des agents de santé menace d’aller en grève

Pas d'image

Le Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA) menace d’aller en grève de 96 heures à partir du 21 mai prochain, a-t-on appris dimanche, de source syndicale.Le préavis de grève adressé au président du Faso précise que le mouvement d’humeur va aller du mardi 21 au samedi 25 mai 2019 à 6 heures 59 minutes. Il sera ensuite suivi d’un boycott des gardes et permanences, du samedi 25 mai au lundi 3 juin 2019.

Dans le document parvenu à APA dimanche et signé du Secrétaire général du SYNTSHA, Pissyamba Ouédraogo, le syndicat explique que ce mouvement d’humeur a pour objectif de faire respecter concrètement le protocole d’accord gouvernement-SYNTSHA du 13 mars 2017.

«Les travailleurs de la santé humaine et animale organisés au sein du SYNTSHA sont indignés et révoltés de l’attitude de mépris sans précédent que votre gouvernement fait montre à leur encontre», note le SG.

Selon M. Ouédraogo, «contrairement aux déclarations du ministre porte-parole du gouvernement le 3 avril 2019, aucun dialogue sérieux avec le syndicat n’a examiné l’objet du préavis de grève du 25 mars 2019 jusqu’à ce jour».

Le préavis de grève rappelle les points contenus dans le protocole d’accord signé entre le gouvernement et le SYNTSHA, le 13 mars 2017.

Ces points concernent, entre autres, «le respect du libre exercice des libertés démocratiques et syndicales, le droit de grève en particulier», «la prise de mesures diligentes pour un fonctionnement optimum des formations sanitaires et vétérinaires du pays» et «le relèvement des plateaux techniques (infrastructures, des équipements fonctionnels, des médicaments et du personnel en quantité et en qualité)».

Le SYNTSHA exige également, l’adoption suivie de mise en œuvre en fin mai 2019, au plus tard, des statuts particuliers,  le paiement en fin mai 2019 des salaires et indemnités dus aux travailleurs au terme de la loi 057 -2017/AN portant statut de la fonction publique hospitalière en respectant la date d’effet du 1er janvier 2018.

Sans oublier la mise en œuvre effective en 2019 du maintien de toutes les indemnités des travailleurs de la santé humaine et animale en stage.

«Si à l’issue de cet arrêt de travail, des solutions satisfaisantes n’étaient pas trouvées, le SYNTSHA se réserve le droit d’engager d’autres actions de lutte pour faire aboutir ses justes revendications», menace le syndicat.

Ce préavis de grève intervient au moment où le gouvernement burkinabè a tenu, la veille (samedi 4 mai 2019) à Ouagadougou, un séminaire gouvernemental qui a permis de restituer aux membres du gouvernement les conclusions des travaux de la conférence nationale sur le système de rémunération des agents publics.


À LA UNE

Retour en haut