International › APA

Burkina : les agents de santé en grève de 24h

Les agents de santé au Burkina Faso, à l’appel du Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA), observent ce mercredi une grève de 24 heures sur toute l’étendue du territoire pour dénoncer un procès annoncé, a-t-on appris de source syndicale.Selon les membres de la structure syndicale qui ont animé, la veille, une conférence de presse à Ouagadougou, cet arrêt de travail vise d’abord, à dénoncer un procès contre un agent de santé que l’on veut «injustement sanctionner».

En 2013, l’agent de santé Nonguezanga Kaboré avait été révoqué de la fonction publique, suite au décès d’une patiente qu’il aurait laissée mourir sous prétexte de grève. Peu après, les autorités sont revenues sur la décision de révocation.

Les conférenciers ont expliqué que «c’est avec une véritable surprise que les membres du syndicat ont appris qu’une convocation a été adressée à leur camarade pour un procès qui devrait se tenir le 13 décembre 2017».

Pour eux, l’annulation de l’acte de révocation adressé à l’agent en question depuis 2013 mettait fin à toute poursuite.

A entendre le  secrétaire général du SYNTSHA, Pissyamba Ouédraogo, la résurgence de cette affaire n’est rien d’autre qu’une manière de renier la liberté syndicale qui est un acquis.


C’est pourquoi, ajoute-t-il, le SYNTSHA maintient sa grève qui avait été annoncée quelques jours plus tôt.

L’autre motif de la grève, a-t-on appris, concerne la mise en œuvre du protocole d’accord gouvernement-SYNTSHA qui, selon les responsables syndicaux, traine à cause de l’exécutif.

M. Ouédraogo a rappelé que les points d’accord de ce protocole concernent essentiellement l’amélioration des conditions de vie et de travail du personnel de santé.

Cet arrêt de travail dans le secteur de la santé intervient quelques jours après la signature (le 28 janvier 2018) d’un protocole d’accord entre le gouvernement burkinabè et la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE), mettant fin à quatre mois de crise dans le secteur de l’éducation au Burkina Faso.

À LA UNE
Retour en haut