International › APA

Burkina: vers une semaine d’opération «caisses vides» des agents de santé

Le Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA), à travers un communiqué parvenu à APA lundi, a annoncé une semaine d’opération «caisses vides» sur la période du 11 au 18 juin 2018.«Durant cette période, les travailleurs doivent offrir gratuitement leurs prestations aux patients», peut-on lire dans le communiqué signé du Secrétaire général du SYNSHA, Pissyamba Ouédraogo.

Selon le document, «ce mot d’ordre qui intervient après la dernière grève ignorée par le gouvernement, vise à dénoncer le mépris de celui-ci tout en exprimant si besoin en était le caractère citoyen de nos revendications et luttes qui ne sont nullement dirigées contre les patients bien au contraire».

Il en ressort que c’est au regard du «mutisme du gouvernement» après la grève des 23 et 24 mai 2018 que «le Conseil de direction du SYNTSHA, qui a réuni 41 sections sur 46, a adopté un mot d’ordre ‘’d’opération caisses vides » allant du lundi 11 juin 2018 à 7h au lundi 18 juin 2018 à 7h».

Le syndicat dit refuser de croiser les bras et d’être complice de la «mauvaise gouvernance» des services sanitaires et vétérinaires et de la «démission du gouvernement» face à la santé des populations.

Pour ce faite, «le SYNTSHA propose face à la situation, la voie de la lutte organisée pour contribuer en toute responsabilité à résoudre les problèmes».

Le communiqué du SYNSHA renseigne qu’en raison de cette option pour la voie de la lutte ferme, ses actions de lutte visent constamment à exiger, premièrement, «le respect du droit universel d’opiner et de manifester par rapport à la gouvernance», deuxièmement, «de meilleures conditions de travail».

 La troisième exigence, concerne «de meilleures conditions de vie sans lesquelles les travailleurs qui produisent les services et les soins ne seront pas capables d’offrir des prestations de qualité exigée».

Le SYNTSHA invite ses militants à se mobiliser pour, conclut-il,  «poursuivre résolument la lutte pour le respect du protocole d’accord car seule la lutte organisée sur de justes bases paye».


À LA UNE

Retour en haut