Eco et Business › Energie

Cheick Taliby Sylla dévoile ses plans pour sortir la Guinée du noir

Centrale hydroélectrique en Guinée.

Alors  que les délestages ont repris de plus belle dans les ménages à Conakry, le Gouvernement guinéen annonce plusieurs projets de construction des barrages hydro-électrique pour régler le problème d’électricité dans le pays.

Le ministre de l’Energie Cheick Taliby Sylla les a déroulés en annonçant que les perspectives de ces projets sont immenses et prometteuses. Selon les explications du ministre, tout est prioritaire, mais la perspective la plus proche est la mise en eau du barrage de Souapiti prévue en 2019. Ce qui permettre le fonctionnement en pleine régime de Kaléta pendant toute l’année à partir de 2020 en  plus du lancement de la centrale de Souapiti en 2020 avec une puissante de 450 MW. Il indique que cal renforcera la qualité et  la sûreté d’alimentation en énergie électrique de la Guinée et des pays voisins. Plusieurs centrales hydro-électriques sont en projets, informe le ministre de l’Energie.  Cheick Taliby Sylla  a cité entre autres :  L’aménagement hydro-électrique d’Amaria 300 KW, la construction du barrage à buts multiples de Fomi 112 MW, la construction du barrage de Koukoutamba 294 MW, la construction du barrage de Balassa 55 MW, la construction du barrage du Bouréya 161 MW, la réalisation des ouvrages structurants dans les bassins des fleuves Sénégal, Gambie, Niger et dans les Massifs du Foutah-Djallon, la construction de quatre mini-centrales, Touba 5 MW, couple Kogbédou-Frankonédou 110 MW, Daboya 2,8 MW et Zébéla 27 MW, la construction de la centrale de Kéno 7 MW, la construction du barrage hydro-électrique de Diaraguéla 72 MW, la construction de la centrale Solaire de Khounnaguély 80 MW par un promoteur privé, la réhabilitation des centrales hydro-électriques de Garafiri et du système Samou.

Le ministre  Taliby Sylla annonce aussi l’implantation des lignes de transports du courant électrique dans plusieurs localités à travers le pays. « On aura aussi la construction de la Boucle de Guinée à savoir, Linsan-Dabola-Kouroussa-Fomi-Kankan. Kankan-Kérouanè-Beyla-N’zérékoré. N’zérékoré-Macenta-Guékédou-Kissidougou-Faranah-Linsan. On aura la construction de la ligne d’interconnexion Guinée-Mali, la construction de la ligne d’interconnexion OMVS, la construction de la ligne d’interconnexion OMVG Linsan », explique M. Sylla. Il précise que la réalisation de l’ensemble des lignes de transports Hautes Tensions permettra l’électrification des zones rurales traversées sur des rayons de 10 à 50 kilomètres. Selon lui, plus de 1000 localités sont concernées en Haute Guinée et en Guinée Forestière.


À LA UNE

Retour en haut