International › APA

De retour à Abidjan après un séjour à Paris, Bédié accueilli par des partisans en liesse

Le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci, ex-allié au pouvoir), Henri Konan Bédié, a regagné mardi soir Abidjan, où il a été accueilli par des cadres de sa formation politique et une foule de partisans en liesse, à l’aéroport Félix Houphouët-Boigny.M. Bédié est de retour à Abidjan, la capitale économique ivoirienne après un séjour de plus de deux mois à Paris. Lors de son séjour, il a effectué un voyage à Bruxelles afin d’échanger avec l’ex-président Laurent Gbagbo, le 29 juillet 2019.

Revenant à la vie de du Pdci, Henri Konan Bédié a exprimé la satisfaction qu’il a ressentie pour la parfaite conduite des activités menées d’une « part par nos groupes parlementaires à l’assemblée nationale et au sénat, d’autre part par toutes les structures et organes opérationnels du Pdci ».

« Le succès éclatant de ces missions constitue la preuve évidente que nos structures opérationnelles à la base sont déterminées et prêtes à nous assurer la reconquête effective du pouvoir d’État en octobre 2020; n’en déplaise à ceux qui font croire, à tort, le contraire à l’opinion nationale et internationale », a-t-il souligné.

M. Bédié a également informé que le Bureau politique du Pdci sera appelé à se réunir, dans les prochains jours, « pour la préparation et la convocation de notre prochaine convention de désignation de notre candidat à l’élection présidentielle d’octobre 2020 ».

Poursuivant, il a également annoncé la finalisation des « travaux de mise en place de la plateforme non idéologique, dont les actes constitutifs ont fait l’objet de signature par mes soins à Paris ».

« Contrairement à ceux qui en doutaient, pour des raisons qui leur sont propres, nous avons réussi à regrouper les partis politiques et les forces vives de la nation, épris de paix, d’équité et d’amour pour notre patrie, pour parvenir à la réconciliation nationale, gage certain pour le retour d’une paix définitive et durable en Côte d’Ivoire », s’est félicité le leader du Pdci.

Il a annoncé dans la foulée, la tenue prochaine du « premier meeting de réconciliation nationale, en relation avec l’ensemble de l’opposition politique ivoirienne significative ».

« Dès aujourd’hui, il est urgent et crucial que nous nous mobilisons pour obtenir la réforme profonde de la Commission électorale indépendante, le nouveau découpage électoral fondé sur une répartition équitable des sièges des élus entre les différents ressorts territoriaux en fonction de la densité de la population, le démantèlement définitif de tous les sites d’orpaillage clandestin, la cessation de tous les trafics illicites concourant à la fraude sur la nationalité ivoirienne, l’empêchement de la modification de la constitution ivoirienne votée et promulguée en novembre 2016 » , a conclu M. Bédié.

Le chef du Pdci n’avait pas rencontré M. Gbagbo depuis 2010. Ce dernier, accusé de crimes contre l’humanité perpétrés en Côte d’Ivoire en 2010/2011 avec l’un de ses proches, Charles Blé Goudé, attend le dénouement de son procès devant la Cour pénale internationale (CPI).

Le Sphinx de Daoukro, qui a initié une plate-forme de l’opposition, veut collaborer avec M. Gbagbo dans le cadre de la présidentielle ivoirienne de 2020. Il a en outre échangé avec Guillaume Soro, ex-président de l’Assemblée nationale, lors de son séjour parisien.


À LA UNE

Retour en haut