International › AFP

Des attaques islamistes font au moins 12 morts au Mozambique

Au moins douze personnes ont été tuées lundi soir dans le nord du Mozambique lors de nouvelles attaques attribuées au groupe islamiste qui fait régner depuis deux ans la terreur dans la région, à moins d’un mois des élections générales.

Un premier raid a visé le village de Mbau, dans le district de Mocimbao da Praia, dont 10 habitants ont été assassinés et la moitié des maisons incendiées, ainsi que le local du parti au pouvoir (Frelimo), a rapporté un responsable local.

« Quand ils sont entrés dans le village, ils sont tombés sur un groupe de jeunes gens qui buvaient de l’alcool. Beaucoup ont été tués », a raconté à l’AFP Assane Issa.

« Les villageois se sont ensuite enfuis dans les bois », a-t-il ajouté.

La police antiémeute est alors intervenue et a réussi à faire fuir les assaillants au terme d’une fusillade qui s’est achevée vers 01h00 du matin, a poursuivi M. Issa.

Plus tôt lundi, un autre raid a visé le village de Mindumbe, à quelques dizaines de kilomètres plus au sud.

« Les insurgés ont surpris deux hommes dans leurs champs, ils les ont tués puis les ont décapités », a indiqué sous couvert de l’anonymat à l’AFP un villageois.

La police ne fait traditionnellement aucun commentaire sur les attaques attribuées aux islamistes dans la région.

Depuis presque deux ans, ces jihadistes ont multiplié les raids contre de nombreux villages de la province du Cabo Delgado, près de la frontière avec la Tanzanie, tuant au moins 300 civils et faisant des dizaines de milliers de déplacés.

Le gouvernement du président Filipe Nyusi a déployé d’importants renforts dans la région, qui abrite d’importantes réserves de gaz sous-marines, et promis d’éradiquer ces islamistes, sans résultats pour l’instant.

Le groupe islamiste connu sous le nom de shabab n’a jamais revendiqué aucune des opérations qui lui sont attribuées. L’Etat islamique (EI) s’est récemment dit responsable de plusieurs attaques survenues au Mozambique mais les experts doutent de la crédibilité du mouvement.

Des élections présidentielle, législatives et provinciales sont prévues le 15 octobre au Mozambique. Elles semblent promises au Frelimo, au pouvoir depuis 1975.

str-pa/jlb


À LA UNE

Retour en haut