Eco et Business › Energie

Desserte en courant électrique: le projet d’interconnexion électrique Guinée Mali lancé à Conakry

(c) droits réservés

L’événement a mobilisé les représentants des bailleurs de fonds, du ministre du Plan et de la Coopération internationale, le secrétaire général du ministère de l’Energie et de l’Hydraulique et les représentants de l’EDG (électricité de Guinée).

L’objectif de cette interconnexion est  de contribuer  au renforcement des énergies  entre la Guinée et le Mali.

Le coordonnateur de l’unité de gestion  du projet  Mamady  Kakoro parle du projet et de son importance.

« Le projet Guinée Mali est un projet  d’intégration  sous régionale. Il permet non seulement  d’assurer une meilleure couverture de la nation, de  valoriser le potentiel électrique de la Guinée  mais aussi d’exporter  du courant au bénéfice des Etats voisins. Un réseau de transport c’est comme une autoroute en matière d’infrastructures routières. Si les installations viennent au niveau des réseaux, il  faut pouvoir  les transporter au niveau des usagers de l’électricité. Si on a une production suffisante pour envoyer l’électricité, il faut des autoroutes pour pouvoir  véhiculer  cette énergie.

Pratiquement, l’électricité c’est au niveau de Conakry avec le réseau interconnecté sur Conakry Labé après quelques villes au niveau de la basse cote et dans les autres régions  il n’y a que l’électricité par helo.  En véhiculant donc cette énergie par celui des transports, nous inversons la tendance  et on va inonder le maximum d’énergie. Ce projet permet donc de créer cette autoroute de prolongement du poste de N’Nzérékoré  traverser  toute la région de la  forestière  et de la haute Guinée  et aller se connecter avec le réseau  malien au poste de sanankoroba  à quelques  40km de Bamako.


Donc ça permet d’électrifier  complètement  la foret et la haute Guinée et ça permet d’évacuer  le supplément d’énergie  vers le Mali mais à travers le Mali d’autres pays de la sous région , de l’OMVS et de l’OMVG et les pays de la Mano River Union . »

Ce projet dont le cout de financement  est estimé à environs  400millions d’euros  d’investissement sur les deux volets (Malien et Guinéen)  dont la plus grande composante sera assuré par la Guinée à peu prés de 300 millions d’euros est un projet majeur dont le délai d’exécution est fixé à  4 ans donc  la clôture est attendu en 2021.

A noter que ce projet est financé par la BAD (Banque Africaine de Développement), l’Union Européenne, la Banque de la CEDEAO et la Banque Mondiale.

À LA UNE
Retour en haut