Politique › Actualité

Économie, politique, sociale, transport……. Abdourahmane Macky Bah fait le bilan des 100jours de Kassory (Analyse)

(c) journaldeconakry.com

Ce vendredi 31 août 2018, l’heure est au bilan des 100 premiers jours de Dr Ibrahima Kassory Fofana à la primature guinéenne.

Pour ce faire, notre rédaction a rencontré Abdourahmane Macky Bah,  membre de la mouvance présidentielle.

Pour cet ancien membre de l’ex GPT de Kassory Fofana, le bilan des 100 premiers jours de Kassory est bon.

Dans cette interview,  notre interlocuteur a touché sur tous les plans de gestion.

C’est vrai que les 100 jours sont devenus un passage obligé pour tout gouvernement pour qu’on essaye de voir quelles sont les directives et les dispositions qui sont mises en place pour conduire son gouvernement.

À ce jour, je dirai que c’est un bon bilan, d’autant plus que dès son arrivée, malheureusement il y’a eu cette hausse du prix du carburant qui a failli entacher sa nomination. Mais il faudrait que les gens comprennent que cette augmentation n’est pas du fait de M.  Kassory Fofana, cela est dû au fait de l’augmentation du baril sur le plan mondial. Il est évident qu’il y avait eu un accord entre le syndicat et le gouvernement par le passé pour le maintien du carburant à 8000francs mais cela ne veut pas dire que ça reste statique. Quand Kassory est venu, compte tenu de la situation économique que traverse le pays, il fallait augmenter mais il ne l’a pas fait parce qu’il le voulait c’est parce que le marché mondial aussi a fait en sorte que le prix du baril augmente. Même si cette augmentation est douloureuse, il faut aussi comprendre que pour que le pays puisse atteindre un niveau de développement, il faut qu’il y ait des réformes. Quand on sait qu’aujourd’hui, les institutions financières  internationales ne donnent pas de l’argent comme ça, les mines ne valent plus grands choses, et que le pétrole est devenu un produit indispensable pour l’économie mondiale, donc malheureusement nous sommes devenus esclaves de ces fluctuations du pétrole au niveau mondial.


En matière de transport, il faut saluer la reprise de la circulation du train Conakry express, parce qu’on sait que les Conakrykas surtout les Banlieuez’arts avaient du mal à se déplacer pour rallier leur lieu de travail. Ensuite, il y a aussi  l’arrivée et la mise en circulation des  bus offerts par la Turquie. Ce sont des mesures d’accompagnement qui ont commencé à faire chemin. Ce n’est pas encore suffisant mais j’ai cru comprendre à travers la communication du ministre des Transports que les Turcs nous enverront beaucoup plus de bus. Je pense que des mesures d’accompagnement se verront à la fois à Conakry et à l’intérieur du pays.

La lutte contre la corruption,  il en a fait un cheval de bataille. Mais 100 jours c’est peu pour apprécier son résultat. Mais je pense qu’il a jeté des bases salutaires sur la lutte contre la corruption, l’employabilité des jeunes, l’autonomisation des femmes. Il a aussi fait de telle sorte que la Guinée devienne une destination touristique.

Sur le plan administratif et politique, pour moi c’est un homme qui nous fallait en ce moment. Ce qu’il faut mettre à l’actif de Kassory ce sont les négociations pendant les mouvements sociaux. Avec les crises sur le prix du carburant, il a réussi avec le médiateur de la République, à résoudre le problème pour que la Guinée puisse aller de l’avant parce qu’une journée de grève coûte des milliards au pays et c’est de l’argent qui aurait pu être investi dans d’autres secteurs de développement. Il faut noter aussi ces accords politiques qu’il y a eu par rapport aux communales. Là aussi c’est à son actif même s’il est sous couvert du président de la République et il ne peut rien faire sans l’accord de ce dernier. Je pense qu’en tant que chef du gouvernement, il a joué de sa dextérité pour faire en sorte que toutes les revendications soient levées à travers la rétrocession de certaines communes à l’opposition et à la mouvance. Ça prouve à suffisance que Kassory Fofana en plus d’être un grand économiste, il a revêtu son manteau d’homme politique. C’est vraiment quelqu’un de présidentiable et j’espère qu’un jour, ce monsieur jouera un rôle de premier plan dans ce pays parce que, ce que les gens ne savent pas, c’est que plusieurs de nos cadres doivent leurs carrières à Kassory. C’est quelqu’un qui pense guinéen pour le développement de la Guinée.

Sur ce qui est de la concession du port autonome de Conakry, l’annonce a été faite juste après sa nomination donc, je ne peux pas dire qu’il est étranger à ce dossier et je ne peux pas dire que c’est son dossier. Ce qui est sûr c’est que le dossier a été soutenu. Encore une fois il ne faut pas qu’on rentre dans l’amalgame. Il se trouve qu’il  n’y a pas mal de compagnies et de terminaux au port. Là il s’agit du terminal conventionnel dont les installations sont vieillissantes et vétustes. Il fallait des gros coups d’investissement que malheureusement notre pays n’avait pas les moyens de satisfaire, et donc le gouvernement a accueilli favorablement l’offre turc avec Albayrak qui est prêt à investir près de 500 millions de dollars sur 25 ans avec 330 millions de dollars qui reviennent à la partie guinéenne et un investissement immédiat de 200 millions. Contrairement à ce que nos détracteurs disent, Aboubacar Sylla, ministre des Transports a été clair, il a indiqué que cet accord n’affectera  pas le personnel portuaire, tout au plus il y aura même des créations d’emplois à la longue  par ce que ce port sera beaucoup plus opérationnel qu’il ne l’est actuellement.

Sur le plan de la salubrité publique, il a lancé l’opération « Conakry ville propre » qui consiste à assainir la ville chaque dernier samedi du mois.  Un homme politique c’est quelqu’un qui  pose des bases. Mais ce n’est pas à lui d’être tous les jours sur le terrain. Il suffit juste qu’il responsabilise des personnes au niveau local pour qu’il y ait un suivi. Mais les bases sont jetés et il a montré qu’on peut faire il suffit qu’il y ait une volonté. Mais tout ne peut pas être politique, il faut que les Guinéens changent de comportement et de mentalité à travers la collecte des ordures que nous-mêmes produisons. Connaissant l’homme, je sais qu’il arrivera mais 100jours c’est petit pour tout faire. Un résultat s’impose à lui et son équipe.

À LA UNE
Retour en haut