International › AFP

Extinction Rebellion interrompt ses blocages « écologiques » à Londres

Pas d'image

Le mouvement Extinction Rebellion a interrompu lundi ses blocages à Londres et réfléchissait aux suites à donner à son action, qui vise à obtenir un « état d’urgence écologique ».

Né en 2018 au Royaume-Uni, ce réseau de militants devenu international, qui prône la désobéissance civile non violente, a bloqué pendant une semaine, jusqu’à dimanche, plusieurs sites très fréquentés du centre de la capitale britannique.

Les manifestants se cantonnaient lundi à Marble Arch, au nord-ouest de Hyde Park et à l’extrémité de l’artère commerciale Oxford Street, en plein coeur de la capitale britannique. De nombreuses tentes étaient visibles sur place et « XR » a prévu d’y organiser un « banquet » en fin d’après-midi.

Le pont de Waterloo Bridge, partiellement transformé en jardin par Extinction Rebellion la semaine dernière, était normalement ouvert à la circulation, après une intervention de la police la veille pour déloger les manifestants.

Le mouvement « entre dans une nouvelle phase », a indiqué Extinction Rebellion dans un message publié sur son site internet.

« La +phase un+ a été un énorme succès. Le fait d’occuper des lieux a attiré l’attention sur notre cause », ajoute-t-il, expliquant que la « phase deux » devait faire l’objet de discussions lundi après-midi.


Dimanche, James Fox, un porte-parole, avait indiqué que le groupe était prêt à faire une « pause » si le gouvernement britannique acceptait d’ouvrir des négociations. Dans le cas contraire, d’autres actions pourraient être entreprises, a-t-il prévenu.

Extinction Rebellion a trois revendications au Royaume-Uni: la proclamation d’un « état d’urgence climatique et écologique », l’élaboration d’un plan d’actions pour « réduire à zéro » les émissions nettes de gaz à effet de serre d’ici 2025 et la création d’une « assemblée citoyenne » qui, aidée d’avis scientifiques, se prononcerait sur des questions climatiques.

Dimanche, le groupe a reçu la visite de la jeune militante suédoise pour le climat Greta Thunberg. « L’humanité est à la croisée des chemins. Nous devons décider de la voie que nous voulons emprunter », a-t-elle déclaré, dénonçant ceux « au pouvoir » qui « n’ont rien fait pour lutter contre la crise climatique ».

Les actions menées par « XR » ont conduit à 1.065 arrestations depuis le 15 avril, 53 personnes ayant fait l’objet de poursuites, a indiqué lundi Scotland Yard.

La police londonienne s’était plainte de devoir mobiliser de nombreux agents sur ce dossier, au détriment de leurs missions.

À LA UNE
Retour en haut