Société › Education

Grève des enseignants: Aboubacar Soumah réagi au propos de Alpha Condé 

Conakry (journaldeconakry.com) – Une semaine après l’ouverture officielle des classes, le système éducatif guinéen reste paralysé par une grève générale et illimitée déclenchée par le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLEECG) dirigé par le syndicaliste Aboubacar Soumah.

Dans un entretien télévisé hier, le président de la République a qualifié la revendication des enseignants de « revendication fantaisiste ».
Contacté au téléphone sur le sujet, le secrétaire général du SLEECG dit ne pas vouloir répondre à Alpha Condé.
«Moi, je ne répondrai pas au président dans ce sens que c’est pas lui qui est en face de nous dans la négociation. Il y a une équipe gouvernementale avec laquelle nous dialoguons, c’est à eux que nous allons dire ce que nous pensons», a-t- il déclaré avant de s’indigner par rapport au comportement du gouvernement.


«En lieu et place des enseignants titulaires, ils ont recruté de façon fantaisiste les contractuels qui n’ont aucun niveau. Il y a parmi eux des apprentis menuisiers, des apprentis mécaniciens qui ne peuvent même pas écrire au tableau. Au lieu de considérer que la grève est respectée de Kassa jusqu’à Yomou exception faite seulement pour quelques écoles de Kankan…», a-t-il fait constaté.
Par ailleurs, Aboubacar Soumah a dénoncé la mauvaise foi de la partie gouvernementale dans les négociations autour des huit millions de francs guinéens comme salaire de base pour les enseignants guinéens.
«Depuis l’ouverture du couloir des négociations, il n’y a jamais eu des négociations sérieuses autour des huit millions par conséquent nous, nous sommes là on n’a jamais manqué mais toujours la partie gouvernementale brille par son absence donc c’est elle qui n’a pas la bonne foi de discuter avec nous donc le protocole est bien clair et signé par le gouvernement. Mais on constate qu’à chaque fois qu’il y a des négociations c’est de nouveaux représentants du gouvernement qui se présentent en face de nous. Le gouvernement n’accorde aucune considération pour l’éducation la preuve est là, nous demandons l’amélioration de nos conditions de vie, il se permet d’intimider les gens», a dénoncé Aboubacar Soumah secrétaire général du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée.
À LA UNE
Retour en haut