› Dossiers

Guinée: Des élections au gré de la pandémie Covid-19

Guinée élections Covid-19
Image d'illustration

La République de Guinée a été touchée par la pandémie du coronavirus en plein processus électoral notamment l’organisation le 22 mars 2020 des élections législatives et du référendum constitutionnel.
Et sur fonds d’une campagne à la fois terne et marquée par des violences et destructions du matériel électoral dans la banlieue de Conakry et dans plusieurs préfectures du pays profond, le premier cas positif du COVID-19 a été notifié le 12 mars 2020 ; et 10 jours plus tard, le 22 mars, les guinéens se sont rendus aux urnes pour un double scrutin destiné à élire les représentants du peuple à l’Assemblée Nationale dont la mandature sortante avait expiré de plus d’un an, et à se prononcer en faveur ou non d’une nouvelle constitution à travers un référendum.
Dans tous les bureaux de vote fonctionnels qui ont échappé aux actes de vandalisme, les gestes barrières ont été imposés, avec des kits sanitaires installés pour le lavage des mains et les masques portés.
Même la distanciation sociale a été respectée par les électeurs sensibilisés et les membres des bureaux de vote. Le chef de l’Etat qui a voté au collège de boulbinet à Kaloum, a porté son masque de protection et a marqué un espace bien délimité, pour s’adresser à la presse nationale et internationale. Le respect des barrières de sécurité sanitaire a coïncidé avec la détection de douze (12) agents contrôlés positifs au covid-19 au sein des services rattachées de la Présidence de la République.
Autant dire que les consultations électorales sont « sous couvert » ou « au gré » de la pandémie du coronavirus en Guinée. Même les 114 députés élus le 22 mars 2020 ont été soumis à un test obligatoire au Palais du Peuple à Conakry.
Malgré la menace que représentait le coronavirus, la Guinée avait un autre rendez- vous à ne pas manquer pour préserver la vie démocratique et le fonctionnement des institutions de la République. C’est ainsi que le pays a réussi à organiser ce double scrutin législatif et référendaire, à installer la Nouvelle Assemblée Nationale issue des urnes et à promulguer la nouvelle constitution.

A peine cette étape franchie, la République de Guinée s’apprête à vivre une autre étape importante du processus électoral pour cette année, celle de la présidentielle prévue pour le mois d’octobre 2020.
Quel impact le coronavirus pourrait-il avoir sur ce rendez-vous crucial ? La question intéresse les acteurs et les partenaires techniques de la Guinée.
Et compte tenu de la propagation de la maladie dans le pays (plus de 3.358 cas positifs en mai 2020 selon l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire ANSS), beaucoup d’observateurs politiques s’interrogent sur le respect du calendrier électoral 2020.
A cinq (5) mois de cette élection, la Guinée à l’instar des autres pays du monde, fait face à la lutte contre la pandémie. Et ces préoccupations sont partagées par le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies (ONU) en Afrique de l’Ouest Mohamed Ibn Chambas qui a déclaré récemment « La continuité des activités des gouvernements de l’Afrique de l’Ouest et du sahel est un domaine clé que nous devons soutenir, tout comme celui concernant la santé et les autres domaines qui aident à renforcer la paix et la stabilité ». Une manière d’encourager les Etats de la sous-région dont la Guinée, la Côte d’Ivoire et le Ghana à conjuguer les efforts pour non seulement lutter contre la maladie mais aussi assurer la continuité de la vie démocratique en vue de favoriser la paix et la stabilité politique dans ces pays.
Ce signal fort lancé par le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest, témoigne des conséquences que pourraient avoir le coronavirus sur le processus électoral qui se pointe à l’horizon dans ces trois (3) Etats de la CEDEAO dont la courbe de contaminations ne fait que monter.
La République de Guinée sera-t-elle à ce rendez-vous ? Parviendra-t-elle à circonscrire la pandémie avant le mois d’octobre prochain, date prévue pour la présidentielle ?
Deux problématiques qui commencent déjà à animer les débats dans les médias.
Des voix s’élèvent dans les états-majors des partis politiques de l’opposition. Pour les formations politiques comme l’UFR de l’ancien premier ministre Sidya Touré et le PADES de Dr Ousmane Kaba, l’éventualité d’un report de l’élection présidentielle du mois d’octobre 2020 ne doit pas se poser, dans la mesure où le coronavirus n’a pas empêché l’organisation du double scrutin du 22 mars dernier.
Et du côté de la mouvance présidentielle, le débat sur un report ou non du scrutin présidentiel n’est pas d’actualité ; les fidèles du pouvoir préfèrent concentrer leurs énergies sur la lutte contre la propagation de la maladie, notamment à l’intérieur du pays ou les quatre (4) régions naturelles constituent le poumon de l’économie nationale très affectée par la propagation du coronavirus.

C’est une dépêche à l’initiative de Search For Common Ground en collaboration avec le National Democratic Institut (NDI) sur financement de l’USAID.

Bon plan
Publié le 18.03.2019

Kindia : la découverte des ‘’Eaux de Kilissi’’

Le site touristique « Les Eaux de Kilissi », situé entre Seinta et Touguikhouré, sur le chemin de la sous-préfecture de Molota, à 17 kilomètres du centre-ville…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldeconakry.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut