International › APA

Guinée : les footballeurs du Sily national lancent la mode «Léppi»

Pas d'image

Depuis que les joueurs du Sily national, en partance pour la Can égyptienne, ont posté sur Facebook une photo où on les voit arborer une chemise en « Léppi », ce tissu traditionnel en cotonnade fait un tabac chez les Guinéens qui se l’arrachent pour le porter fièrement.L’engouement est tel que le « Léppi » a vu le prix de son mètre passer de 30.000 francs guinéens à 60.000 francs guinéens. Une augmentation à 100 pour cent presque hors de portée de certaines bourses modestes mais qui est loin de décourager les Guinéens. Beaucoup d’entre eux projettent de tailler dans ce tissu traditionnel dont ils viennent de découvrir le charme via le football leur boubou de la prochaine fête de Tabaski.

En attendant l’Aïd-el-Kebir prévue dans deux mois, les louanges sont quasi-unanimes pour le « Léppi ».

« C’est un beau tissu et surtout l’habillement des joueurs du Sily national nous a beaucoup attirés », s’extasie Ibrahima Camara, rencontré à Hamdallaye en haute banlieue de Conakry. En fan du « Léppi », il raconte avec force gestes la manière dont il est parvenu à décrocher son tissu de rêve : « Je suis allé hier au marché Madina, je voulais payer 6 mètres pour ma femme et moi, en prélude de la fête de Tabaski mais je ne pouvais pas. J’ai trouvé que le prix est inabordable. Finalement, j’en ai acheté pour moi seul puisque ça me plait beaucoup ce tissu ».

Assurément des clients comme Ibrahima font l’affaire des vendeurs de « Léppi » dont certains comme Amadou Bah se frottent les mains. Trouvé assis à l’intérieur de sa boutique en plein centre du marché Madina, il bénit le ciel pour avoir réussi à épuiser son stock de tissu traditionnel « en moins d’une semaine ».

Interrogé sur les raisons de la forte hausse du prix du mètre du « Léppi » que d’aucuns ont tendance à mettre sur le dos des vendeurs, soupçonnés de faire dans la spéculation, Amadou récuse cette explication et soutient fermement que l’augmentation est indépendante de la volonté de ses collègues.

Selon lui, les vendeurs n’ont fait que répercuter leurs prix de vente sur le renchérissement du « Léppi » décidé par les artisans qui les confectionnent. « Depuis que le Sily a porté cet habillement, il y a une forte demande, une affluence des clients. Ainsi, les artisans ont augmenté leur prix. Donc, nous aussi, nous sommes obligés » de faire la même chose, a-t-il expliqué.

Face à cette situation, le commerçant ne voit qu’une solution : augmenter fortement la fabrication du « Léppi » à travers un soutien du gouvernement aux artisans.

« Aujourd’hui, déplore-t-il, ce secteur est laissé pour compte. Je crois que si le +Léppi+ était beaucoup produit et que le Sily fasse sa promotion, le prix n’allait pas augmenter comme ça ».

Témoin de l’entretien, Souleymane Diallo, un client habillé en « Léppi », va plus loin en plaidant pour que le gouvernement guinéen saisisse l’occasion pour promouvoir le consommer local, voire africain, en matière d’habillement.

« Je crois que le gouvernement a tout à gagner en valorisant nos tissus traditionnels. Vous avez remarqué ces derniers temps, le président de la République porte toujours des chemises africaines. Je crois qu’à un moment, il faut montrer au monde que l’Afrique a des belles choses », a-t-il affirmé.

>
Zapping Actu International
À LA UNE
>
Retour en haut