Société › Faits divers

Guinée: les jeunes de Kipé exigent l’évacuation du militaire tabassé à Bambéto

Les populations de Kipé dans l'agitation suite à la bastonnade du militaire. (c) Droits réservés.

Le militaire a été transporté d’urgence à l’hôpital le plus proche où il a reçu les premiers soins. Depuis, il est sous traitement intensif à en croire Aladji Cellou Camara, chargé des relations publiques de l’armée.

Le militaire a été transporté d’urgence à l’hôpital le plus proche où il a reçu les premiers soins. Depuis, il est sous traitement intensif à en croire Aladji Cellou Camara, chargé des relations publiques de l’armée.

Sauf que, ce traitement ne rassure pas les jeunes de Kipé proches et amis de la victime. Pour le faire savoir, ils ont  barricadé la route depuis hier nuit jusqu’à ce matin. Ceci disent-ils, pour attirer l’attention des autorités pour vu que leur amis soit évacué pour qu’il soit bien traité, « Le capitaine tabassé à Bambéto, est un des nôtres. Donc, nous voulons que l’Etat prenne ses responsabilités. Ils n’ont qu’à l’évacuer et le prendre en charge. Notre manifestation est apolitique. Nous manifestons juste pour attirer l’attention des autorités. On ne peut pas vivre dans un pays où on a même peur de marcher, ça peut être vous ou moi demain » a fait savoir Kalidou Sylla, président d’une ONG locale.

Poursuivant ce jeune leader a invité le gouvernement à appliquer la loi par rapport aux tensions qui occasionnent des morts d’hommes. « Les autorités n’ont qu’à se lever, on ne peut pas être dans un pays où tout le monde, a peur de marcher, pour sortir il faut demander d’abord quel chemin emprunté. Ce n’est pas normal, on vit dans un Etat et non pas dans la jungle. Donc les autorités, n’ont qu’à appliquer la loi ». Dans une publication faite ce matin sur sa page facebook Aladji Cellou Camara, porte-parole de la défense, a indiqué que l’Etat de Gérard Vivien s’améliore petit à petit. Pour l’heure, le calme est revenu à Kipé et la circulation est normale grâce à l’intervention d’un imam du quartier.


À LA UNE

Retour en haut