Société › Education

Guinée : les négociations entre le gouvernement et le SLEECG reprennent ce mercredi

Déclenchée depuis le 03 octobre dernier, la grève du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLEECG) continue de paralyser les écoles guinéennes. Le syndicat des enseignants réclament huit millions comme salaire de base.

Des négociations qui avaient été engagées au départ avaient été stoppées suite à une sortie médiatique du premier ministre Kassory Fofana qui avait déclaré qu’il est impossible de payer un enseignant à huit millions de francs guinéens.

Depuis les tensions ont monté d’un cran et le SLEECG a maintenu son mot d’ordre de grève.

Pour jouer à l’intimidation, le gouvernement a déployé des contractuels dans les établissements scolaires et des enseignants grévistes ont été mis aux arrêts un peu partout dans le pays. Le gouvernement a même procédé au gel des salaires des enseignants grévistes. Depuis, les manifestations se multiplient dans les directions communales de l’éducation (DCE) et les directions préfectorales de l’éducation (DPE) du pays. Des élèves ont aussi réclamé le retour des enseignants titulaires dans les classes.


Finalement, la reprise des négociations est annoncée pour ce mercredi à 15 heures à la banque centrale. Ceci grâce à la médiation de Louncény Nabé, Gouverneur de la banque centrale et Amadou Sow de la fédération syndicale autonome des banques et assurances de Guinée (FESABAG).

Pour l’heure, aucune garantie n’est donnée quant à l’aboutissement de ces négociations car le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée veut à tout prix obtenir quelque chose sur les huit millions pendant que Kassory Fofana, le premier ministre a indiqué qu’il n’y aura pas d’augmentation de salaire des enseignants « ni en 2018, ni en 2019 encore moins en 2020 ».

À LA UNE
Retour en haut