Politique › Partis politiques

Guinée: l’opposition menace d’aller de nouveau dans la rue

(c) journaldeconakry.com

L’opposition républicaine s’est réunie en pléniere ce jeudi 19 Avril 2018 au quartier général de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (Ufdg).

L’ordre du jour portait sur deux points: le compte rendu des représentants de l’opposition au sein du Comité de suivi de l’accord politique et l’ouverture de la session des lois portant sur la loi sur la Ceni, la révision du fichier électoral et l’organisation des élections législatives.

« Nous notons qu’à ce jour, les travaux au niveau du comité de suivi, ne nous rassurent pas car nous n’avons pas constaté une volonté réelle  de trouver un consensus rapidement autour des contentieux électoraux et c’est pourquoi, nous demandons à nos militants de rester mobilisés. Par rapport au fichier électoral , lors du dialogue, nous avons dis qu’il faudrait que le fichier soit assaini et prêt pour que les élections législatives soient tenues à des dates indiquées par la loi. Compte tenu de la proposition de la CENI nous avons estimé qu’il n’y a eu aucune volonté réelle au niveau de la CENI de faire en sorte que le fichier soit assaini et que les élections puissent se tenir à bonne date »,  a regretté Alhouseiny Makanera Kake.


Selon le porte-parole de l’opposition républicaine , si rien n’est fait courant la semaine prochaine , l’opposition se fera entendre.

«Par rapport à l’examen de la loi sur la CENI au niveau de la session de l’assemblée nationale , nous informons qu’à ce jour   cette loi n’est pas encore inscrite à l’ordre du jour de l’assemblée nationale . C’est pour toutes ces raisons, que l’opposition républicaine informe la communauté nationale et internationale que si au cours de la semaine prochaine nous ne notons pas une volonté réelle d’aller rapidement à la résolution des problèmes que le chef de file de l’opposition a évoqué lors de sa rencontre avec le président de la République, l’opposition va demandé le retrait de ses représentants au niveau du comité de suivi et en tirera toutes les conséquences» a prévenu  Makanera.

À LA UNE
Retour en haut