Société › Actualité

Hausse du prix du carburant à la pompe : les forces sociale de Labe de nouveau dans la rue.

Les organisations de la société civile de Labé  ont battu le pavé le mardi 17 Juillet pour exiger le retour du prix du carburant à 8000gnf. 

Le chargé de communication de l’antenne de la PCUD à Labé, s’est réjoui du bon déroulement de la marche  avant de préciser que cette contestation continuera jusqu’à la satisfaction de leurs revendications.   « Nous sommes satisfaits du fait que la marche des forces sociales ait très bien réussi, il n’y a pas eu de débordement ni de violence.

Concernant la lettre que les forces sociales devraient adresser à la commune urbaine, nous ne l’avons pas fait parce qu’il n’y a personne à la tête de la commune urbaine actuellement. Ceux qui étaient là leur cachet a été retiré et les élus ne sont pas encore installés. Cette grève va continuer durant toute les semaines avenir tant le gouvernement ne diminue pas le prix à 8000fg », a déclaré Idrissa Sampiring Diallo.

Devant le bloc administratif préfectoral de Labé, les forces sociales ont scandé des slogans hostiles au gouvernement. « A bas la corruption, le prix du carburant à 8000, le peuple ne va plus continuer à payer la facture de la mal gouvernance à la place des gouvernants. » Lançaient les manifestants.

Elhadj lamine sangaré, secrétaire général de la  CNTG et Porte-parole  des forces sociales à Labé, a dit toute la détermination de la population de la ville de Karamoko Alpha Mo Labe à maintenir la pression sur le gouvernement.


« Nous déplorons  la hausse unilatérale du prix des produits pétroliers, la mauvaise gouvernance, la corruption et la faiblesse de l’État  dans notre pays.  La population guinéenne souffre, personne ne va payer ce que les autres ont volé. Cette  grève continue jusqu’à ce que le gouvernement  diminue le prix du carburant à la pompe ».

Il est à noter que les boutiques, magasins, banques, et les bureaux sont restés fermés durant la journée de ce mardi, chose qui a paralysée les activités dans la cité sainte de Labé.

 

À LA UNE
Retour en haut