Société › Education

Des hommes armés attaquent le domicile d’Aboubacar Soumah, il accuse le pouvoir

(c) droits réservés

Le domicile du secrétaire général du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) Aboubacar Soumah a été attaqué par des hommes armés le lundi 12 mars. L’intéressé l’a fait savoir dans une vidéo où il apparaît avec le visage amoché.

« Vers 13h30, nous avons reçu la visite inopinée de trois hommes armés à environ 20 mètres de chez moi. Ils ont été interceptés par des jeunes du quartier à qui ils ont demandé où se trouvait M. Soumah« , explique-t-il.

« Ces derniers ont répliqué pourquoi ils recherchent M. Soumah ? Ils ont répond qu’ils sont syndicalistes et qu’ils ont besoin de me voir. Les enfants ont commencé à avoir des doutes puisque leurs habillements ne prouvaient pas qu’ils étaient syndicaliste« , a-t-il ajouté.

Dans la peur d’être mis à nu, les assaillant ont pris la fuite.


« Quand ils se sont aperçus qu’ils étaient sur le point d’être découverts et que d’autres personnes ont commencé à venir autour d’eux, ils ont pris la tangente. C’est là qu’on a découvert qu’ils étaient tous armés, ils  avaient des revolvers », précise-t-il.

Après cette attaque, Aboubacar Soumah, accusé le parti au pouvoir d’être l’instigateur. Selon le SG, « ce sont des éléments envoyés par le RPG. Notre mouvement est politisé (…). Le RPG raconte que j’ai élu domicile chez le chef de file de l’opposition et que cette institution politique soutient notre mouvement. Nous ne sommes en contact avec aucun parti politique. Nos revendications sont purement syndicales« , a-t-il fait savoir.

Il prévient qu’il ne fera pas de concession sur les revendications. « Il faudrait que les 40% soient payés avec effet rétroactif. Sinon, la grève ne sera jamais suspendue« , conclut-il sur un ton ferme.

À LA UNE
Retour en haut