› Eco et Business

Infrastructures routières : le bilan très élogieux de Moustapha Naité

Le ministre des Travaux Publics a fait plusieurs annonces ce lundi 18 mars 2019 lors d’une conférence de presse animée à Conakry.

Dans son exposé, Moustapha Naité a rappelé que le président Alpha Condé a hérité d’un réseau routier dégradé à plus de 81%. Mais aujourd’hui le tableau a nettement changé et les perspectives sont prometteuses. Au moins 2 200 milliards de dollars ont été investis dans le développement des infrastructures routières sous la 3ème  République, a révélé le ministre des travaux publics, précisant que ceci a entrainé la création de plus de 320.000 emplois temporaires directs depuis 2011. Parmi celles-ci, il y a la construction de deux autoroutes. L’une dénommée« route du littoral » qui va partir de Kaloum en passant par le littoral de la corniche sud (résidence 2000) jusqu’à la sortie au KM36. L’autre, appelée« Nouvelle Artère Lambayi – Dubréka» longue de 32,21 kilomètres partira de Lambayi pour finir à Dubréka.

 

Dans l’urgence, explique Moustapha Naité, le Gouvernement a mis l’accent sur les grands travaux de réhabilitation et de reconstruction du réseau. « Nous avons réhabilité et/ou reconstruit (ou les travaux sont encore en cours ou vont démarrer pour certains), plus de 2 000 km de routes nationales », a annoncé le ministre des travaux publics, précisant que près de 250 km de voiries urbaines ont été réhabilitées, la majorité dans la Capitale qui en avait grandement besoin et à Siguiri et Kankan à l’intérieur du pays.

« De plus, plus de 1 100 km de routes préfectorales ont été entretenues et ou réhabilitées (…), de nombreux axes sur les routes nationales sont construites comme la RN5 avec Koumandji-Manda Sintourou, Komba-Boumehoun bretelle kounsitel Gaoual, la RN30 Siguiri-Kintigna (30 km) ou encore la RN1 Km36-Coyah (17,5 km). Certaines sont en cours et pour d’autres, le financement est bouclé ou les contrats sont signés », confie-t-il. Un accent particulier a été mis sur la Capitale Conakry avec la réhabilitation non seulement de la voirie mais aussi la construction de nouvelles routes d’environ 88 km depuis 2011, soutient Moustapha Naité. Le ministre des travaux publics ne rougit pas du bilan du Pr Alpha Condé dans la construction des infrastructures routières même s’il reste encore beaucoup à faire. Selon lui les chiffres parlent.  Routes Nationales Bitumées construites/reconstruites : 1136,67 Km, voiries Urbaines Bitumées construites: 540,45Km, Routes Préfectorales et Communautaires :4066,11 Km, Routes Réhabilitées 2366,18 km, Ponts sur les Routes PC : 2690,3 ml, Ouvrages de Franchissement : 3215ml, Dalots : 158 Unités, Bacs et Ponts Secours : 23 et 5 Unités.  

Perspectives…


Le ministre des travaux publics a annoncé que le Chef de l’Etat souhaite inscrire la Capitale dans une nouvelle dimension qui rentre dans le cadre du développement du Grand Conakry qui prend en compte la viabilisation de la nouvelle zone administrative et commerciale de Koloma Kaporo et le plan de déplacements urbains (PDU). Cette volonté se concrétise selon le ministre Naité, par  deux gros projets qui ont pour ambition d’améliorer le réseau routier de la Ville de Conakry, d’améliorer la condition du trafic à l’intérieur de la Capitale et de créer de nouveaux accès pour relier les deux sorties du territoire de Conakry que sont Coyah et Dubréka.

Le premier projet est la « route du littoral » qui constitue une autoroute de contournement sud de la ville. Elle va partir de Kaloum en passant par le littoral de la corniche sud (résidence 2000) jusqu’à la sortie au KM36. Cette infrastructure qui sera construite sur financement PPP disposera de 2 péages au moins et passera également en aérien à plusieurs endroits notamment au niveau des mangroves et tiendra compte, naturellement, de la composante environnementale. La construction des échangeurs de KM36 et Kagbelen rentre déjà dans cette option.

Le second projet dénommé pour le moment« Nouvelle Artère Lambayi – Dubréka» est long de 32,21 kilomètres et partira de Lambayi pour finir à Dubréka avec 8 km d’embranchements via les Transversales T8, T10 et une pénétrante au niveau de l’hôpital marocain pour relier à la corniche nord. Le tronçon à construire ira vers le Nord-Est du domaine marécageux de Lambanyi, évitera l’hôpital financé par le Royaume Marocain à l’Ouest et la base navale et traversera la rivière au nord-est de Lambanyi.

« En réalisant ces deux projets, le Grand Conakry aura réglé en grande partie son problème de congestion de la circulation et s’ouvrir vers ses futures grandes banlieues que sont naturellement Coyah et Dubréka », a-t-il indiqué.

 

À LA UNE
Retour en haut