International › APA

Jihadisme: Quand un ex leader d’Al Qaida raconte Al-Zawahiri

A croire ce que l’on sait de sa biographie, ce fils d’une famille de la bourgeoisie lettrée d’Egypte, né en 1951, avait très tôt choisi la trajectoire qui devait le mener sur la voie de la violence jihadiste.C’est une histoire peu connue du grand public, mais qui dévoile, à bien des égards, certains traits profonds de la personnalité d’Ayman Al-Zawahiri, l’émir central de l’organisation jihadiste Al Qaida dont la mort a été annoncée lundi 1er août par le président américain Joe Biden. 

C’était au milieu des années 1990, quand le Soudan du président Omar Hassan Al Bachir et de l”idéologue islamiste Hassan Al Tourabi offrait le gîte et le couvert, a tout ce que la planète, ou presque, comptait comme organisations jihadistes.

Ni Oussama Ben Laden, ni Al Qaida, l’organisation qu’il venait de mettre sur pied quelques années en Afghanistan où il s’était engagé pour chasser de ce pays musulman l’armée de l’Union soviétique communiste, n’étaient alors considérés comme officiellement terroristes. Seuls quelques-uns des militants islamistes, pour la plupart d’origine arabe, étaient, à l’époque, inscrits sur des listes de personnes recherchées dans leurs propres pays.. 

Ayman Al-Zawahiri, qui n’avait pas encore rallié formellement l’organisation de Ben Laden, avec son groupe du Jihad islamique égyptien (JIE), était parmi eux. Mais rien ne pouvait alors l’inquiéter tant qu’il était encore dans son refuge soudanais. 

Le duo Al Bachir-Tourabi avaient transformé Khartoum en une Mecque ouverte pour tous les islamistes, qu’ils soient convaincus ou de circonstance, comme le célèbre terroriste tiers-mondiste d’origine vénézuélienne, Carlos, longtemps en fuite, finalement livré en 1994 à la France. Et l’Egyptien avait un atout personnel qui devait lui faciliter largement le séjour au Soudan: son immense ascendant au sein de la galaxie islamiste mondiale, y compris sur les deux hommes forts de Khartoum.

 

Mais un fait, à priori, banal, mais finalement triste, cruel et sordide, mélangeant, mœurs, espionnage et sang, où l’ancien chirurgien des hôpitaux du Caire est l’acteur principal, va révéler la personnalité singulière de l’Egyptien, y compris auprès des soudanais et Ben Laden lui-même. 

 

« C’était en 1994. A l’époque beaucoup de groupes jihadistes avaient suivi Ben Laden et Al Qaïda au Soudan sans intégrer notre organisation » raconte Abou Hafs Al Mouritani, longtemps principal conseiller spirituel de Ben Laden et président de l’instance judiciaire d’Al Qaida, le Comité de la Charia.  

“Malgré leur autonomie, tous ces groupes collaboraient avec nous de manière très étroite et presque quotidienne. En plus d’Al Qaida, il y avait surtout les Égyptiens de la Gamaa Al Islamiya et du Jihad islamique que dirigeait Ayman Al-Zawahir », se souvient le Mauritanien. 

« Ce dernier et son groupe avaient arrêté deux adolescents égyptiens à Khartoum pour espionnage. L’un des garçons était le fils d’un haut dirigeant du Jihad islamique, donc proche de Zawahiri. L’autre était le fils d’un comptable dans une des sociétés de Ben Laden au Soudan  », poursuit Abou Hafs. 

« Je connaissais très bien leurs pères, ainsi qul’un des garçons. C’était un gamin brillant qui récitait même le Coran en entier. Les deux garçons avaient été approchés par un autre égyptien qui travaillait à l’ambassade d’Egypte au Soudan. Ils sont devenus très amis. Le trio se fréquentait régulièrement et avait pris l’habitude de se retrouver dans un appartement en ville. Le diplomate était en fait un agent de renseignement », détaille celui qui était alors le numéro 3 d’Al Qaida. 

Selon Abou Hafs, les jeunes garçons ne savaient rien des fonctions de leur compatriote. 

« L’espion égyptien avait réussi à les manipuler de manière diabolique. C’était de l’espionnage lourd. Il les avait convaincus de s’adonner avec lui à des jeux sexuels et il avait tout filmé dans le but de les soumettre à un chantage sordide. Les gamins devaient lui fournir toutes sortes d’informations qu’ils pouvaient avoir sur les jihadistes, sinon, il promettait d’envoyer le film aux chefs jihadistes », explique l’ancien haut responsable d’Al Qaida, aujourd’hui installé en Mauritanie, après une vingtaine d’années de clandestinité, émaillée par des séjours dans plusieurs pays, dont l’Iran où il s’était réfugié, avec d’autres jihadistes et leurs familles, au lendemain de l’invasion américaine de l’Afghanistan en réponse aux attaques du 11 septembre organisées par Al Qaida aux Etats-Unis.

« Zawahari et ses hommes avaient été alertés par les services soudanais des liens entre les gamins et le diplomate égyptien. Mais les Soudanais ne savaient pas les détails de ce que faisaient les enfants avec lui. Ils avaient juste informé le groupe d’Al-Zawahiri que le fils d’un des dirigeants de l’organisation fréquentait un diplomate égyptien » relate le Mauritanien.

« Al-Zawahiri avait alors ordonné l’arrestation des deux garçons. Interrogés séparément, ils avaient fait des aveux identiques: ils avaient fourni des informations à l’agent égyptien parce qu’il les menaçait de divulguer le film dans lequel ils s’adonnent avec lui à des pratiques homosexuelles. Al-Zawahiri avait fait juger les enfants pour trahison et les avait exécutés au cours d’un procès secret. Personne n’avait été informé. Pas même les familles. Je me souviens très bien du jour où l’un des pères avait appris la mort de son fils. On était à la mosquée pour prier quand le père de l’autre gamin était arrivé. Sans prendre la moindre précaution oratoire, il lui dit: “Tu as appris ce qu’ils ont fait à ton fils et au mien. Ils les ont exécutés”. L’homme a été si choqué que son visage a immédiatement changé de couleur, ses yeux ont rougi, sa bouche a séché et sa langue s’est bloquée. Il est sorti en courant de la mosquée, criant “criminels, criminels, ils les ont assassinés, ils ont assassiné mon fils”, s’attriste Abou Hafs. 

« le gouvernement soudanais a été très choqué et m’avait demandé mon avis sur cette histoire. Les familles des deux enfants aussi, en portant plainte auprès d’Al Qaida. Ben Laden m’avait alors demandé de faire une enquête sur cette histoire et ses conséquences d’un point de vue la charia. Je me suis rendu auprès des dirigeants du Jihad islamique, notamment Al-Zawahiri. Il a assumé son acte, en insistant sur le fait que les deux garçons avaient fait des aveux et que ces aveux étaient filmés. Il avait ensuite expliqué qu’ils avaient livré des informations qui mettaient en danger tous les jihadistes et qui avaient déjà causé les arrestations de certains d’entre eux. Zawahiri s’était aussi défendu en disant que si les jihadistes combattaient pour la Charia ils devaient commencer par se l’appliquer à eux-mêmes en premier. Or, les familles des deux garçons avaient soutenu que les enfants étaient mineurs et que la peine de mort ne s’applique pas sur les mineurs. Elles avaient ajouté aussi que le groupe d’Al-Zawahiri  n’avait pas le droit d’accuser et de juger en même temps. J’avais trouvé l’argument des familles juste. Zawahiri devait porter l’affaire devant un tribunal neutre et le procès devait être public. Je n’ai pas voulu prendre la responsabilité de me prononcer sur la légalité islamique ou pas de ces deux exécutions. J’ai proposé à tout le monde de remettre l’affaire entre les mains de juges soudanais. Les parties impliquées avaient toutes donné leur accord. Mais le Jihad islamique d’Al-Zawahiri n’était pas sincère dans son accord. Il n’avait pas voulu collaborer avec la justice soudanaise, se contentant de lui transmettre seulement le film des aveux présumés des deux garçons.  Le gouvernement soudanais était si en colère qu’il avait demandé aux personnes impliquées dans le jugement et l’exécution des deux garçons de quitter le pays. C’était le début de la fin de la lune de miel entre le régime soudanais avec les groupes jihadistes”, regrette Abou Hafs.

 

 

A croire ce que l’on sait de sa biographie, ce fils d’une famille de la bourgeoisie lettrée d’Egypte, né en 1951, avait très tôt choisi la trajectoire qui devait le mener sur la voie de la violence jihadiste. Élève studieux et brillant, il était très pieux depuis son enfance. Admirateur précoce de Sayyid Qotb (1906-1966), une figure majeure du mouvement des Frères musulmans, qui prône la lutte armée pour renverser le régime égyptien « apostat » et instaurer un gouvernement islamique, Al Zawahiri a été profondément marqué par la pendaison de Qotb en 1966. Alors tout juste adolescent, il décide de rejoindre la lutte islamiste armée.

A la fin des années 1970, il rejoint le Jihad islamique, égyptien (JIE). Après l’assassinat en 1981 du président président Anouar el-Sadate qui vient de signer avec Israël un traité de paix, Al-Zawahiri est arrêté et passe trois ans en prison, avant d’être innocenté et libéré en 1984. Très marqué par son passage par la case prison, et étroitement surveillé après sa libération, il quitte l’Egypte pour l’Arabie saoudite puis l’Afghanistan. « C’est là où il rencontre Oussama Ben Laden, de six ans son cadet. « Alliés dans le combat contre les soviétiques en Afghanistan, les deux hommes vont progressivement se lier d’amitié pour ne plus se quitter », raconte Abou Hafs. 

De leur refuge soudanais, le Saoudien et l’Egyptien vont planifier ensemble plusieurs actions armées,

selon l’ancien Mufti d’Al Qaida. Leurs noms sont mêlés, entre autre aux tentatives d’assassinat contre le ministre de l’intérieur égyptien, Hassan Al-Alfi, puis contre le premier ministre, Atef Sedqi. Tentatives qui se sont soldées par des échecs, comme celle perpétrée en 1995 en Ethiopie contre le président égyptien :3 l’époque Hosni Moubarak pendant une visite à Addis-Abeba.

Quand, l’exécution hors la loi des deux adolescents égyptiens par son groupe contraint les autorités soudanaises à l’inviter à quitter le pays, Al-Zawahiri voyage à travers le monde avant de se fixer avec son ami Ben Laden dans les grottes afghanes.. En 1998, le duo crée le « Front islamique mondial pour la guerre sainte contre les juifs et les croisés » et décrète une célèbre fatwa qualifiant le meurtre d’Américains et de leurs alliés comme un devoir pour tout musulman. « C’est l’époque où Al Zawahiri décide de faire allégeance à Oussama Ben Laden et de dissoudre son groupe au sein d’Al Qaida », explique Abou Hafs. .

Devenant alors le principal adjoint de Ben Laden, Al Zawahiri est associé à toutes les grandes décisions de Ben Laden, y compris les attentats du 11-Septembre 2001 aux Etats-Unis.

Une position qui, au lendemain de la mort de Ben Laden, en 2011, faisait de lui « son successeur naturel, comme Emir central d’Al Qaïda », justifie Abou Hafs.. Sa mort sous le tir d’un drone américain effectué samedi soir, selon le président américain, est sans doute un coup, symboliquement, dur pour Al Qaida et ses militants. Mais il n’est pas sûr qu’il puisse affaiblir son organisation. Celle-ci s’est confortablement développée ces vingt dernières années dans plusieurs régions du monde. En Afrique, ses hommes ont réussi à porter le jihad un peu partout sur le continent. 

Bon plan
Publié le 08.03.2022

A la découverte de l’île Kassa

Appelée « Sourigbé » par les habitants africains, l'île Kassa servait de lieux d’offrande aux idoles et de lieux de cultures pour la population de…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldeconakry.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut