Politique › Justice

Justice: ouverture d’une procédure judiciaire contre Boubacar Diallo

(c) droits réservés

Le procureur du Tribunal de première instance (TPI) de Dixinn, Souleymane N’Diaye a annoncé jeudi l’ouverture d’une procédure judiciaire contre Boubacar Diallo alias Grenade, activiste de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG).

« Suivant le procès-verbal du 22 février 2018, de la brigade de recherche de Matam, Boubacar Diallo dit Grenade a été présenté au parquet de Dixinn à la suite d’un mandat d’arrêt décerné contre lui le 20 mai 2016, par un juge d’instruction pour tentative de meurtre, détention illégal d’arme de guerre et port illégal d’uniforme militaire », a déclaré Souleymane N’Diaye.

« L’intéressé faisait l’objet d’une information judiciaire depuis mai 2016. Les pièces à conviction versées au dossier de la procédure notamment les photos ressortent que Boubacar Diallo détenait un arsenal d’armes de tout calibre et des munitions diverses« , a-t-il poursuivi avant de préciser que « les images produites à la procédure montrent l’inculpé tantôt en train de manier les armes, tantôt en compagnie de personnalités appartenant à une formation politique de la place et à une institution constitutionnelle« .

« Il faut noter que le 19 mai 2016, à la suite de la tentative de meurtre sur la personne d’un gendarme, Boubacar Diallo avait été grièvement blessé. Après avoir reçu les premiers soins dans une clinique en Guinée, il est parvenu à quitter le pays par l’aide et l’assistance de certaines personnes de sa formation politique », a rappelé Souleymane N’Diaye.


« Revenu en Guinée, sous une nouvelle identité, Boubacar Diallo a été interpellé et déféré devant notre parquet. Il a été présenté au juge d’instruction en charge de la procédure qui l’a régulièrement placé sous mandat de dépôt le 02 mars 2018« , renchérit le magistrat.

« Des renseignements reçus, il ressort que Boubacar Diallo dit Grenade reconnait qu’au cours des manifestations certains individus disposent des projectiles et des armes à feu comme les PMAK et qui tirent dans la foule faisant ainsi des victimes aussi bien parmi les manifestants que dans les rangs des forces de l’ordre », révèle-t-il à la presse, tout en précisant que le mis en cause entretient des ‘’rapports aussi étroits avec des personnalités comme le montrent les pièces à convictions versées au dossier’’.

À LA UNE
Retour en haut