› Société

Kindia : le centre de formation et de réinsertion donné à bail

Le centre de l’association guinéenne pour la formation et la réinsertion des personnes handicapées a été démoli ce mardi 16 avril 2019 dans la commune urbaine de Kindia.

La démolition de ce centre qui fait l’objet d’un contrat de bail a suscité la colère des personnes handicapées et la qualifie de pillage. Situé en plein cœur de la ville de Kindia, ce centre de formation et de réinsertion des personnes handicapées existait depuis 1990, réhabilité il y a de cela quelques années par les Allemands, c’est ce mardi que le centre a été démoli. Cette situation n’a point laissé les handicapés indifférents. Fodé Bakary Camara, président des handicapés de Kindia, parle d’un véritable pillage.

« C’est aux environs de 3 heures du matin que mon secrétaire m’a informé qu’ils ont trouvé notre centre détruit. Je lui ai demandé par qui, il m’a répondu qu’il ne sait pas. Arrivé sur les lieux, j’ai demandé aux policiers mais ils n’ont donné aucune réponse tout en nous empêchant de rentrer. C’est dans quatre camions qu’ils ont embarqués tous nos objets et plus de 137 millions qu’on avait dans notre centre et les commandes de nos clients, ils ont tout emporté. D’après certains de nos amis, c’est le commerçant Ly qui est derrière tout ça et ce monsieur nous poursuit il y a de cela 10 ans et pourtant toutes les autorités sont au courant de notre situation ici dans ce centre. Donc là où nous sommes aujourd’hui, nous voulons qu’on tue tous les handicapés de Kindia sinon on ne va pas quitter », assure-t-il sur un ton dépité.


Informé de cette démolition ce mardi matin, le 2eme vice-maire de la commune urbaine de Kindia, Aboubacar Keita a déploré la procédure en ces termes : « Nous avions trouvé ce dossier sur place mais nous ne savions pas qu’est ce qui se tramait dedans donc c’est ce matin que le maire m’a parlé de cette démolition, toute l’équipe communale s’est rendue sur les lieux, nous avons constaté effectivement qu’ils ont cassé le bâtiment pendant que les gens avaient leurs biens à l’intérieur, ce qui n’est pas normal. […] Ils disent qu’il y a eu le patrimoine bâti qui a fait un bail avec un commerçant de la place du nom de Monsieur Ly. On avait arrêté un bail de ce Monsieur Ly en face l’église et on ne savait pas s’il avait un autre bail donc, nous allons tout mettre en place pour voir si c’est un bail passé dans les règles », explique-t-il.
De son côté, le procureur près le tribunal de première instance de Kindia, Mamadou Dian Bora Diallo parle de l’exécution d’une décision de justice. « Il est a rappelé que quand j’ai pris fonction au mois d’août, j’ai trouvé ce dossier sur la table. Donc je tiens à informer la population de Kindia que c’est une décision qui a été signée par monsieur le procureur général près de la cour d’appel de Conakry. Donc à tous les niveaux, les gens ont été sensibilisés. Ce sont ces handicapés qui ont été porteurs de projets de construction d’une maison pour eux, pour qu’ils puissent déménager au profit de ce centre. Ils ont reçu même des satisfecits. Donc c’est l’exécution de ces différentes décisions qui ont eu lieu », dit-il.

À LA UNE
Retour en haut