International › APA

La Bolivie retire sa reconnaissance de la soi-disant « rasd »

La Bolivie a décidé, lundi, de retirer sa reconnaissance de la soi-disant « république sahraouie » et de « rompre tous ses liens » avec cette entité, a annoncé un communiqué du ministère bolivien des Relations extérieures.La Paz a affirmé également qu’elle adoptera le principe de la « neutralité constructive » à l’égard du conflit sur le Sahara et qu’elle « œuvrera désormais à soutenir les efforts déployés dans le cadre de l’Organisation des Nations Unies, en vue d’une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable, conformément aux principes et objectifs énoncés dans la Charte des Nations Unies ».

« La Bolivie est déterminée à construire une relation renouvelée avec le Royaume du Maroc, basée sur le respect mutuel de la souveraineté nationale et de l’intégrité territoriale et la non-ingérence dans les affaires internes des deux pays », souligne le communiqué.

L’adoption par la Bolivie d’une telle position est le fruit d’intenses et fructueux échanges entre les ministres des Affaires étrangères des deux pays, depuis l’avènement du nouveau gouvernement en Bolivie, en novembre 2019.

À ce jour, plus de 160 pays ne reconnaissent pas la « rasd ». En revanche, près d’une vingtaine autres seulement maintiennent leur reconnaissance de cette entité. Fait curieux, parmi ces pays, nombre d’entre eux sont en rupture de ban. Et ce ne sont surtout pas leurs peuples qui diront le contraire.

Cette décision vient aussi consacrer la bonne phase et la dynamique fructueuse qui distinguent désormais les relations entre le Royaume du Maroc et tous les pays du Continent sud-américain.


À LA UNE

Retour en haut