International › APA

La croissance du Cameroun devrait se situer à 4,2 % en 2019 (FMI)

Pas d'image

Les perspectives économiques du Cameroun demeurent favorables à moyen terme, la croissance devant progressivement augmenter à 4,2% en 2019 contre 4% l’année d’avant, ont conclu les services du Fonds monétaire international (FMI) au terme de leur 4ème revue du programme appuyé par l’accord au titre de la facilité élargie de crédit (FEC).L’institution financière fonde son optimisme sur l’accroissement projetée de la production de pétrole, l’achèvement des projets liés à la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2021, mais également la mise en exploitation de grands projets d’infrastructures dans les secteurs de l’énergie et du transport, devant porter la croissance du produit intérieur brut (PIB) à moyen terme à environ 5-5½ %.

De même, la consolidation budgétaire, sur la période 2019–2021 ainsi que le renforcement du rapatriement des devises, favoriseront la reconstitution des réserves de la Banque des États de l’Afrique centrale (Beac) alors que des réformes structurelles, visant à accroître l’efficience de l’investissement, à réduire les passifs conditionnels des entreprises publiques et à favoriser le développement du secteur privé, contribueront à améliorer les perspectives de croissance à terme.

Selon le FMI, dont les experts ont séjourné au Cameroun du 23 avril au 3 mai, l’inflation demeure faible, mais est orientée à la hausse soit 0,8% en 2017 à 2,3% en mars 2019 (sur un an), en raison principalement de l’augmentation des prix de l’alimentation et avec des variations considérables, selon les régions.

Jugeant l’exécution du budget en 2018 «globalement conforme au programme», l’institution financière de Bretton Woods constate aussi que les recettes et les dépenses, principalement l’investissement public, ont été plus élevées que prévu.


Ainsi, en dépit d’un financement considérable, les dépôts nets de l’État à la BEAC ont diminué de 0,5% du PIB, les autorités ayant effectué des paiements élevés au dernier trimestre pour des ordres de paiement non exécutés, remontant à des exercices précédents.

S’agissant des réformes structurelles, le FMI constate qu’elles avancent, «même si les progrès ont été plus lents en ce qui concerne des repères structurels déjà retardés dans le secteur financier».

La mission affirme être parvenue à un accord avec les autorités camerounaises, sur les mesures économiques et financières pouvant favoriser l’approbation de la 4ème revue de leur programme sur 3 ans (2017-2019) au titre de la FEC, permettant ainsi de procéder à un 5ème décaissement de l’ordre de 45 milliards FCFA sur un total de 396 milliards FCFA, dont 245 milliards FCFA ont été déboursés par le FMI à ce jour.

À LA UNE
Retour en haut