› Société

La fonction publique au cœur d’un scandale de recrutement

Nouveau scandale à la fonction publique.

Plusieurs fonctionnaires qui étaient sous la tutelle du ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation (MENA) ont été mutés par vague dans d’autres départements ministériels.
Au moins 54 fonctionnaires ont été mutés dans divers département ministériels. L’acte a été signé par le ministre de la fonction publique, Billy Nankouma Doumbouya le 21 janvier dernier. Dans le visa de l’arrêté, il est par exemple mentionné « demande de mutation de cinquante-quatre enseignants dans divers départements ». Seulement voilà, certains sont de « vrais-faux enseignants ». Ils émargeaient au compte du département de l’Education Nationale, mais ils ne dispensent pas de cours et ne l’ont jamais fait d’ailleurs. En effet, les fonctionnaires de l’Education bénéficient d’un traitement salarial particulier avec notamment le point d’indice supérieur à l’administration générale et d’autres faveurs accordées aux enseignants. Ces fonctionnaires étaient « gracieusement » payés pour un travail qui n’est jamais fait.


Certains sont très connus sur les réseaux sociaux. Ils font la propagande du RPG arc-en-ciel et de certains cadres hauts placés dont ils mangent sous les râteliers. Pour éviter d’être démasqués dans la vaste opération de chasse aux fictifs exigés par les syndicats de l’Education, les autorités ont trouvé l’astuce pour les dispatchers dans les différents ministères. La ruse tordue a éclaté au grand jour. Et elle relance encore une fois si besoin était, la problématique liée à la modernisation de l’administration guinéenne. L’engagement du Chef de l’Etat d’instaurer une administration vertueuse débarrassée du népotisme, du favoritisme, de la corruption où seule la compétence et le mérite comptent a du mal à s’imposer. Tout ne se limite qu’au stade des vœux pieux. Interrogé sur ces mouvements suspects de fonctionnaires, un travailleur du département de la fonction publique a déclaré que c’est une affaire très forte qui dépasse « les petits Mamadou ». « C’est plus fort que nous. L’acte a été légalement signé sur instruction du haut lieu. Ce sont des gens qui sont nommés à différentes structures dans différents départements. Leurs salaires vont suivre », a confié ce cadre du département de la fonction publique. Nous n’avons pas pour le moment réussi à rentrer en contact avec le Ministre de la fonction publique, Bily Nankouma Doumbouya pour recouper ces informations.

À LA UNE
Retour en haut