Santé › Coronavirus

Labé: Plus de 1000 personnes venant de Conakry sans document sur leur statut Covid

Malgré l’interdiction faite aux habitants de Conakry de se déplacer pour l’intérieur du pays, plusieurs préfectures sont touchées par un afflux de citoyens qui risquent d’importer le covid19 de la Capitale. Cet état de fait interpelle les activistes et les syndicats de transporteurs de Labé.
Illustration a été faite jeudi,21 mai par le mouvement citoyen « Osons Oser » très actif dans la lutte contre la pandémie du coronavirus et les syndicats des transports.
Malgré l’existence d’un cordon sanitaire installé dans la sous-préfecture de Garambé à 10km du chef-lieu de la préfecture, des citoyens venant de Conakry par centaine arrivent chaque jour à Labé sans aucune pièce sur leur état de santé. Tous bravent le cordon sanitaire pour se cacher dans la ville.
« Ces derniers temps, nous avons notifié une évolution excessive du nombre des personnes venant de Conakry dans la préfecture de Labé comme s’il n’y avait aucun cordon sanitaire. Il y’a une responsabilité administrative et citoyenne dans tout ça. Le poste de santé de Garambé a notifié qu’il y’a forcing au niveau du cordon par des chauffeurs venant de Conakry. Au total plus de 1000 personnes sont rentrées ces derniers temps à Labé sans aucune pièce sanitaire. Notre mouvement avait mis deux barricades sur la route mais aujourd’hui, une est démolie et il n’en reste qu’une. Les chauffeurs viennent dévier le cordon au niveau de la chaussée pour accélérer. Même s’ils prennent le numéro de leurs plaques, ils se cachent aussi dans les quartiers. Aujourd’hui seulement il y’a eu 3 forcing et même la cheffe du centre veut quitter les lieux, » a dénoncé docteur Mamadou Mouctar Diallo, secrétaire général du mouvement Osons Oser.
Les syndicalistes quant à eux, accusent leurs camarades de Conakry et les services de sécurité d’être très légers dans l’application du décret du chef de l’Etat.
«Nous, on a fermé nos guichets sur Conakry. Donc, ce sont ceux qui sont à Conakry qui doivent interdire les sorties. Donc, on doit arrêter de circuler. Il y’a des chauffeurs qui font tout pour violer les principes pour avoir de l’argent. Nous accusons avant tout les services de sécurité qui surveillent la route. Entre Conakry et Labé, on ne peut pas compter le nombre de barrages. Donc celui qui s’échappe à Coyah peut être rattrapé à Kindia ou Mamou ou Dalaba, » regrette El hadji Zawiya Diallo, secrétaire préfectoral du syndicat des transports et mécaniques général.
Aux dernières nouvelles, un militaire venu de Kindia (l’un des foyers du virus) est testé positif et est évacué d’urgence sur Conakry. Actuellement, les services sont à la recherche de ses contacts.

Bon plan
Publié le 18.03.2019

Kindia : la découverte des ‘’Eaux de Kilissi’’

Le site touristique « Les Eaux de Kilissi », situé entre Seinta et Touguikhouré, sur le chemin de la sous-préfecture de Molota, à 17 kilomètres du centre-ville…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldeconakry.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut