International › APA

Lancement à Ouagadougou de la solution de paiement électronique Wizall Money

La start-up «Wizall», filiale du Groupe Banque centrale populaire (BCP) et spécialisée dans les paiements électroniques, a officiellement lancé ses activités à Ouagadougou au Burkina Faso avec sa solution de Mobile Money dénommée « Wizall Money» lors d’une cérémonie, indique un communiqué transmis vendredi à APA.A en croire ce communiqué, cette  solution de paiement 100% inclusive, ne nécessite ni ouverture de compte bancaire, ni abonnement ou forfait mobile auprès d’un opérateur de téléphonie. Elle fonctionne avec tous les opérateurs télécoms. « Wizall Money révolutionne ainsi le Mobile money avec la première solution 100% gratuite pour l’utilisateur final, exempt de frais sur les opérations de retraits, de paiements ou de transferts d’argent», explique le texte.

«  En intégrant un groupe BCP, leader au Maroc et dans le top 10 des banques Africaines, Wizall Money ambitionne maintenant de propulser son modèle sur l’ensemble du continent.

 Après le Sénégal et la Côte d’Ivoire, l’entreprise compte s’implanter progressivement dans les autres pays de l’espace UEMOA», a déclaré au cours de cette cérémonie de  lancement, Sébastien Vetter, co-fondateur et directeur général du groupe «Wizall».

 « Avec un modèle économique disruptif, basé sur une stratégie B to B to C, Wizall Money cible principalement les entreprises, les ONG et les administrations leur proposant une interface dédiée pour des opérations de paiement, notamment des salaires, des bourses d’étude ou des allocations mais aussi de collecte, fait savoir également le communiqué.

 Fondée au Sénégal en 2015 par Sébastien Vetter et Ken Kakena, Wizall Money, filiale du Groupe Banque Centrale Populaire, a développé en 4 ans un modèle de croissance rapide et innovant dans le secteur des paiements électroniques et du mobile money.

Après  la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso, le déploiement de la solution Wizall Money se poursuivra au Mali puis dans d’autres pays de l’Afrique de l’Ouest.


À LA UNE

Retour en haut