International › APA

Lancement d’un nouveau parti politique au Togo

Pascal Adjamagbo, dissident de l’Union des forces de changement (UFC) de Gilchrist Olympio, a lancé son propre parti politique dénommé Mouvement du peuple pour la liberté (MPL).Selon Pascal Adjamagbo, s’exprimant vendredi à Lomé lors du lancement de son parti, l’objectif visé est de réussir là où les autres partis de l’opposition ont échoué : « limiter les fraudes électorales au Togo » et « remporter les prochains scrutins électorales ».

La 114e formation politique togolaise annonce, par ailleurs, une complémentarité de ses activités avec celles de l’ONG la « Fondation des enfants pour la liberté du Togo ».

Ce n’est pas la première fois qu’un dissident de l’UFC de Gilchrist Olympio, l’ancien opposant historique de Gnassingbé Eyadéma et de son fils Faure Gnassingbé, se lance dans une telle aventure.

Le 10 octobre 2010, Jean-Pierre Fabre, l’actuel chef de file de l’opposition et ses camarades avaient lancé l’Alliance nationale pour le changement (ANC), quelques mois après un accord signé entre le fils de Sylvanus Olympio (le premier président démocratiquement élu et assassiné le 13 janvier 1963) et le chef de l’Etat, le 26 mai 2010.


Secrétaire général de l’UFC jusqu’alors, le leader de l’ANC était le candidat du parti à la présidentielle de 2010 dont il a contesté les résultats.

Quelques années plus tard, c’est au tour de Djimon Oré et de Nicodème Habia de lancer respectivement le Front populaire pour la démocratie (FPD) et Les démocrates.

À LA UNE
Retour en haut