International › APA

L’armée camerounaise libère sept otages dans le nord

Pas d'image

Le Bataillon d’intervention rapide (Bir) a procédé à la libération de sept otages à Tibati (nord) après plus de deux semaines de captivité, a appris APA ce vendredi auprès du ministère de la Défense.« Nous remercions Dieu et à travers lui notre Armée qui a pu nous sortir de cet enfer. Notre vie ne tenait qu’à un fil lorsque elle nous a libérés des griffes de nos ravisseurs », a déclaré un otage.

Ces sept personnes ont été enlevées par des bandits de grand chemin qui sévissent dans la partie septentrionale du pays, notamment dans la région de l’Adamaoua, frontalière à la Centrafrique et au Nigeria.

Certains otages ont fait savoir que leurs ravisseurs menaçaient de les exécuter dès ce week-end si une rançon de 10 millions F CFA n’était pas payée. Selon des sources sécuritaires, au moins « quatre terroristes ont été neutralisés, des armes et des munitions ont été saisies » lors de l’opération de l’Armée.


Le porte-parole du ministère de la Défense a reconnu que cette zone est difficile à sécuriser à cause de « la complexité de la situation sécuritaire au Nigeria avec la secte terroriste Boko Haram et en Centrafrique avec les activités de bandes armées ».

La région de l’Adamaoua, située entre les parties méridionale et septentrionale du Cameroun, fait l’objet de nombreuses attaques et prises d’otages attribuées aux coupeurs de route qui opèrent entre le Cameroun, la Centrafrique, le Nigeria et le Tchad.

À LA UNE
Retour en haut