Politique › Actualité

L’assemblée nationale adopte à l’unanimité le Mémorandum d’entente dans le domaine de l’ESRS

(c) droits réservés

Réunis en plénière, les députés à l’Assemblée Nationale (AN) de la République de Guinée ont adopté, lundi, 14 mai 2018, à l’unanimité des présents, plusieurs textes de loi, dont le Mémorandum d’entente dans le domaine de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (ESRS), rapporte le correspondant de l’AGP près le Parlement.
L’hémicycle du Palais du peuple de Conakry a abrité les travaux de cette plénière, sous l’égide du président de l’AN de Guinée, honorable Claude Kory Kondiano.

 

Cet Accord, plus d’autres, apprend-t-on, a été signé le 05 décembre 2017, à Alger, à l’occasion de la visite officielle d’une importante délégation ministérielle, conduite par le ministre des Affaires Etrangères, au cours des travaux de la 3èmeSession de la grande commission mixte Guinée-Algérie.

Dans son intervention de circonstance, le rapporteur de la Commission des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger, Manga Fodé Touré a étalé, que ce mémorandum comportant 11 articles, se propose de développer les relations de coopération entre les Ministères en charge de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (MESRS), à travers l’échange d’enseignants, de chercheurs, de conférenciers, d’étudiants d’une part, d’informations scientifiques, techniques et de documentations d’autre part.


«Ce mémorandum encourage le jumelage d’établissements scolaires similaires et favorise la formation et le perfectionnement des formateurs, en vue de renforcer le système éducatif guinéen dans son ensemble», a précisé le parlementaire.

Présent à cette plénière, le ministre de l’ESRS, Abdoulaye Yéro Baldé a déclaré, que ce texte est favorablement à l’avantage de la Guinée, parce que, selon lui, la Guinée a des problèmes aujourd’hui dans le domaine de l’enseignement. Tout en rappelant que la tendance de formation des formateurs était arrêtée à un moment donné et qu’ils doivent aller très vite.

«Nous manquons sérieusement d’enseignants de haut niveau, et si dans les 05années à venir on n’en forme pas suffisamment, peut être nous allons fermer les Universités», prévient le ministre.

Selon le ministre Baldé, ce n’est pas seulement avec l’Algérie que la Guinée a signé des accords, elle a aussi signé, entre autres, avec la Côte d’Ivoire et la Polytechnique Paris.

À LA UNE
Retour en haut