International › APA

Le 6e Festival international de danse de Ouagadougou débute samedi

La 6e édition du Festival international de danse de Ouagadougou (FIDO) démarre samedi avec la participation d’une vingtaine de troupes venant d’Afrique, d’Asie et d’Europe, a-t-on appris auprès des organisateurs de la manifestation culturelle.Selon la promotrice et directrice artistique du FIDO, Irène Tassembédo, la manifestation qui se poursuivra jusqu’au 3 février a pour thème «Danse et résistance».

Le choix du thème est lié à la situation de l’Ecole de danse internationale Tassembédo (EDIT), un établissement dirigé par Irène Tassembédo et qui en 2017 a été contrainte de quitter son local, fermant ainsi ses portes.

 «Nous avons donc le devoir de résister contre tous les aléas et éviter de laisser mourir la danse, car elle doit continuer à vivre sur le fil de la transmission intergénérationnelle», a-t-elle expliqué.

Le Festival international de danse de Ouagadougou (FIDO) constitue un rendez-vous annuel de rencontre et de partage, une plateforme de présentation des jeunes talents qui s’expriment à travers la scène.

Plusieurs activités sont au programme de la 6e édition dont des spectacles de danse et de plateaux-découvertes pour les jeunes artistes.


Un stage de danse sera également ouvert aux professionnels et amateurs, du 29 janvier au 2 février 2018 à la Maison des jeunes de Larlé (quartier au centre de Ouagadougou) et un concert devrait se tenir tous les soirs au village du festival installé au même lieu.

En outre, il est prévu des activités à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO), au grand marché et dans certains établissements scolaires de la capitale burkinabè.

 

À LA UNE
Retour en haut