International › APA

Le maire sortant de Bassam «rejette» les résultats de la CEI et revendique sa «victoire»

Philippe Ezaley, maire sortant de Grand-Bassam a rejeté, mardi, mardi les résultats communiqués par la Commission électorale indépendante (CEI), lundi, l’annonçant perdant du scrutin municipal de samedi.« Je rejette sans équivoque les résultats proclamés par la CEI  donnant mon adversaire du RHDP (Rassemblement des houphouétistes pour la  démocratie et la paix)  vainqueur. C’est inadmissible, scandaleux et  inacceptable », a dénoncé M. Ezaley, candidat du Parti démocratique de  Côte d’Ivoire ( PDCI)  dans une conférence de presse.

Pour le candidat Ezaley, preuves à l’appui,  « c’est un braquage opéré »  dans sa cité avec  «  des résultats fabriqués ».

Pour  les faits, Philippe Ezaley explique qu’  « après le vote, chaque bureau  de vote (104 au total) a fait le dépouillement qui a été signé par les  agents de la CEI et les représentants des candidats ( il montre les  différents PV). Une copie a été remise à chaque candidat. Donc nous  avons les mêmes résultats  »

 « Ces résultats  consolidés et signés par les deux CEI de Grand-Bassam donnent les  chiffres suuvants: Ezaley Philippe 9502 voix contre 8138 voix pour le  candidat du RHDP, soit un écart de 1364 voix  », a-t-il comptabilisé.

 «  Par quel alchimie ou magie, on peut déclarer le candidat du RHDP  vainqueur de ce scrutin ?  », a interrogé M.  Ezaley soulignant qu’il ne  peut accepter  « ce vol en pleine journée de mes voix ».


M.  Ezaley avec le soutien de son parti, le PDCI, affirme  « utiliser les  moyens légaux pour le triomphe de la vérité des urnes », car ce n’est  pas à  « Grand-Bassam, 1ère capitale ivoirienne, inscrit au patrimoine  de l’UNESCO que la démocratie doit être assassinée. Je refuse cela  »,  a-t-il asséné.

Poursuivant, Philippe Ezaley a  rapporté que les deux présidents de la CEI locale et départementale ont   « dit que c’est sur instruction du préfet que les résultats n’ont pas  été communiqués sur place. Et ils les lui transmis».

Pour  lui,  « c’est manifeste, les résultats ont été fabriqués avant que la  CEI ne les communique.  Et ce sont de faux chiffres », a-t-il insisté,  révélant que  « les électeurs qui attendaient que la CEI locale proclame  les résultats qu’elle a consolidés, ont été gazés par la police ». 

 «  C’est normal que les populations manifestent. Elles ne veulent que la  vérité des urnes. Je leur ai demandé de manifester pacifiquement jusqu’à  ce que la victoire leur soit restituée. Et nous irons jusqu’au bout  »,  a conclu le maire sortant de Grand-Bassam, la cité balnéaire où un  important dispositif des forces de l’ordre (police, gendarmerie et  armée)  est visible dans la ville. 

À LA UNE
Retour en haut