International › APA

Le Mali émet son premier emprunt islamique

L’Etat du Mali a, pour la première fois de son histoire, lancé un emprunt islamique à travers une opération d’appel public à l’épargne dénommée « SUKUK État du Mali 6,25% 2018-2025 » en vue de mobiliser une enveloppe de 150 milliards de FCFA, a appris samedi APA auprès de la société de gestion et d’intermédiation (SGI) CGF Bourse basée à Dakar.Selon la SGI sénégalaise, les ressources collectées serviront à financer des projets de développement économique et social au Mali, notamment un programme d’environ 3 665 logements sociaux, incluant plus de 1 250 nouvelles constructions. La période de souscription s’étendra jusqu’au 16 février 2018.

Il s’agit d’une opportunité de placement pour les investisseurs individuels et institutionnels à travers des parts d’un Fonds commun de titrisation de créances (FCTC) offrant une marge de profit de 6,25% par an, payée semestriellement sur une durée de 7 ans, avec 2 ans de différé pour le remboursement du capital.

Au niveau de CGF Bourse, on insiste sur la particularité de l’opération dont la structuration est conforme aux exigences de la Charia (loi islamique) en termes de rémunération des placements effectués par les investisseurs (institutionnels et personnes physiques). En effet, elle a reçu le certificat de conformité charia du Comite charia du Groupe de la Banque islamique de développement.


Après le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Togo, le Mali est le quatrième pays de l’espace UEMOA à tirer profit du potentiel des obligations islamiques en vue de financer son développement économique et social.

À LA UNE
Retour en haut