Politique › Justice

Le procès des journalistes de la radio Nostalgie renvoyée au 11 octobre prochain 

Comme annoncé dans un précédant article, les trois journalistes de la radio Nostalgie ont répondu ce jeudi à leurs convocations à la police judiciaire. Ibrahima Lincoln Soumah, Siddy Diallo et Thierno Madjou Bah, tous animateurs de l’émission africa 2015 de la première radio privée de Guinée n’ont finalement pas été entendus.

«Vous savez que les délits de presse sont dépénalisés et que les peines applicables sont des peines d’amendes et que la détention est exclue sauf dans un quelques cas rares», a expliqué Maitre Salifou Beavogui avocat de la défense .

Nos confrères sont accusés de diffamation et d’injures par une citoyenne.

Mais leur avocat parle déjà de vice de procédure. « Nous avons sollicité le rapport de cette audition pour le lundi pour me permettre de me consulter avec mes clients et les textes de lois afin de pouvoir assurer leur défense», a précisé maitre Salifou Béavogui.

Par ailleurs, l’avocat maitre Béavogui a déploré le fait que plusieurs journalistes soient assignés en justice par l’Etat ou des particuliers. Il dénonce une justice à deux vitesses.

«Quand un journaliste commet une infraction, il y a la promptitude rapidement on le convoque et la machine judiciaire se met en branle. Mais quand c’est un journaliste qui a été molesté, emprisonné, humilié dans l’exercice de sa profession, on traîne les pas. Donc il y a du deux poids deux mesures.»


À LA UNE

Retour en haut