International › APA

Le protocole signé entre syndicats de l’éducation gouvernement monopolise la Une des quotidiens burkinabè

Les quotidiens burkinabè parvenus à APA, ce lundi, consacrent leurs Unes à la signature du protocole d’accord entre le gouvernement et la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE), intervenu la veille à Ouagadougou. «Crise du système éducatif: Un protocole d’accord signé», affiche le Journal privé Le Quotidien, ajoutant que «les mots d’ordre de grève sont levés».

Ce journal qui parle de «dénouement de la crise qui secoue le système éducatif burkinabè depuis quatre mois», relate que la signature du protocole d’accord a eu lieu à la Primature, dans la nuit de samedi à dimanche.

A ce sujet, le quotidien national Sidwaya affiche en manchette: «Crise dans le secteur de l’éducation: la fumée blanche de minuit». Et de mentionner que cette signature permettra la poursuite normale de l’année scolaire, dès ce lundi 29 janvier.

Pour sa part, le quotidien privé Aujourd’hui au Faso jubile lorsqu’il titre, en première page: «Dimanche 00H: Ouf ! Fumée blanche au dessus du premier ministère !».

 «Signature accord gouvernement/enseignants : Trêve de grève, retour à la craie», fait observer de son côté, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso.

A lire l’article, «le présent protocole d’accord a été rendu possible grâce à la médiation des autorités coutumières et religieuses qui ont répondu à l’appel de l’Union nationale des associations des parents d’élèves du secondaire et du supérieur du Burkina Faso».

Le Pays, autre quotidien privé, présente en sa manchette une photo de famille des signataires de protocole d’accord, en compagnie des médiateurs, accompagnée du titre: «MENA (ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation): un protocole d’accord signé, le mot d’ordre de grève levé».

Dans son éditorial, Le Quotidien revient à la charge pour souligner qu’après l’accord trouvé entre le gouvernement et les syndicats de l’éducation, «un sans-faute (est) désormais attendu des enseignants».


À LA UNE

Retour en haut