International › APA

Les autorités ivoiriennes invitées à ne pas autoriser le référendum constitutionnel guinéen en Côte d’Ivoire

Des opposants guinéens de la section ivoirienne du Front national pour la défense de la constitution (FNDC, plateforme de l’opposition), ont demandé vendredi à Abidjan aux autorités ivoiriennes de ne pas autoriser la tenue du référendum constitutionnel couplé avec les législatives de leur pays en Côte d’Ivoire prévu dimanche prochain, estimant qu’il y a des « risques de troubles» de cette élection.« Nous attirons l’attention des autorités ivoiriennes sur les risques qu’occasionneront ces scrutins en Côte d’Ivoire. Nous voudrions que l’on prenne la pleine mesure de ces dangers pour suspendre le processus en Côte d’Ivoire », a plaidé Souleymane Diallo, le coordonnateur du FNDC dans le pays dans une conférence de presse.

Selon M. Diallo, ce scrutin couplé est un « coup d’Etat constitutionnel » qu’entend opérer le président Guinéen Alpha Condé pour modifier la constitution guinéenne et briguer un troisième mandat.

Poursuivant le conférencier a accusé le pouvoir guinéen d’avoir mis en place en Côte d’Ivoire un groupe « qui est en train d’opérer un tri des cartes électorales sur la base des patronymes». 

« Aucun responsable de l’opposition n’a reçu de cartes d’électeurs de ses militants…Ces cartes électorales vont être distribuées aux seuls guinéens supposés proche du pouvoir. Et les cartes des autres guinéens supposés être contre l’organisation du référendum et des législatives seront purement et simplement confisquées », a dénoncé M. Diallo qui dit avoir transmis des correspondances aux autorités ivoiriennes depuis le 21 février dernier pour la suspension de ce processus électoral.

«Nous voudrions que le gouvernement ivoirien n’autorise pas ce processus en Côte d’Ivoire pour ne pas apparaître complice de ce coup d’Etat constitutionnel», a espéré M. Diallo soulignant que la «colère monte» au sein de la diaspora guinéenne à deux jours de la tenue de ce scrutin.

«Quel que soit ce qui va se passer le dimanche, la lutte va continuer» car notre souci c’est que la Guinée se démocratise», a conclu le coordonnateur du FNDC qui avait à ses côtés pour la circonstance,  des représentants de plusieurs opposants guinéens dont Cellou Dallein Diallo et Sydia Touré.

Les ressortissants guinéens en Côte d’Ivoire sont estimés à près d’un million de personnes. En 2015, seulement 35 000 électeurs guinéens ont effectivement pris part aux échéances électorales de leur pays en Côte d’Ivoire sur une population électorale d’environ 400 000 personnes.

Début février, le président Guinéen Alpha Condé dont l’opposition de son pays soupçonne de vouloir briguer un troisième mandat en modifiant la constitution, a fixé la date du référendum sur le projet de la nouvelle constitution et les législatives le 1er mars 2020.

Depuis octobre dernier, l’opposition guinéenne s’oppose à une révision constitutionnelle qui permettrait au président sortant Alpha Condé de briguer un troisième mandat. Ces manifestations Anti-Condé ont fait depuis lors une quarantaine de morts.

Bon plan
Publié le 18.03.2019

Kindia : la découverte des ‘’Eaux de Kilissi’’

Le site touristique « Les Eaux de Kilissi », situé entre Seinta et Touguikhouré, sur le chemin de la sous-préfecture de Molota, à 17 kilomètres du centre-ville…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldeconakry.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut