International › APA

Les faits marquants de 2019 à la une des quotidiens burkinabè

Le menu des quotidiens burkinabè de ce mardi est essentiellement constitué d’éditions spéciales consacrées au rappel des évènements majeurs de l’année 2019 qui s’achève aujourd’hui.«Edito de la Saint-Sylvestre: 2019, quelle année!», s’exclame L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés burkinabè qui note que «2020 arrive avec plein d’espoirs».

Le journal fait également un zoom sur les hommes ayant marqué  l’année 2019 au Burkina Faso. Il cite le défunt maire de Djibo, «Oumarou Dicko ou la résistance jusqu’à la mort», décédé en début novembre dernier suite à une attaque terroriste.

L’Observateur Paalga mentionne aussi que le sportif burkinabè Hugues Fabrice Zango «entre dans l’histoire», après avoir réalisé «des performances exceptionnelles dont une médaille de bronze aux mondiaux d’athlétisme de Doha et par le même coup le record d’Afrique avec un saut de 17,66 m».

Sous ce titre exclamatif: «Chapeau au FDS !», Sidwaya, le quotidien national, estime que les Forces de défense et de sécurité (FDS) méritent d’être saluées pour leur détermination et leur sacrifice.

«En les faisant Homme de l’année 2019, c’est également un témoignage de solidarité et de compassion envers les veuves et les orphelins des FDS, tombées sur le champ de bataille, mais aussi à la mémoire de tous les civils décédés à la suite des attaques terroristes», justifie le confrère.

De son côté, Aujourd’hui au Faso affiche: «Salut 2020 ! Deux défis impératifs : le terrorisme et la présidentielle».

Ce quotidien privé rappelle que «malgré le fait que les populations burkinabè soient accoutumées depuis quasiment cinq ans à cette drogue que sont les prurits de l’actualité, plus d’un a été ébaubi par les sanglants évènements terroristes, souvent répétitifs jusqu’à la lie qui secouent la bande sahélo-saharienne».

Et de souligner que les attaques terroristes ont occasionné, cette année, plus de 700 victimes et 500 000 déplacés.

Pour l’éditorialiste de Aujourd’hui au Faso, 2019 a été une «année endeuillée, qui a contraint le peuple burkinabè à adopter une posture résiliente, voire christique».

Pour sa part, L’Express du Faso, quotidien privé édité à Bobo-Dioulasso (2e capitale du Burkina Faso), dans sa rubrique ‘’Autant le dire », mentionne en guise de titre: «Que 2019 aille avec ses problèmes et ses difficultés».


À LA UNE

Retour en haut