International › APA

Les quotidiens burkinabè à fond sur la crise dans l’éducation

Les quotidiens burkinabè continuent de commenter, ce vendredi, la crise dans le monde éducatif, marquée par une manifestation d’élèves, la veille, à Ouagadougou, de même qu’une rencontre au premier ministère.«Crise dans le monde éducatif: Un accord annoncé pour aujourd’hui», arbore le quotidien national Sidwaya qui informe que l’Union nationale des associations de parents d’élèves du secondaire et du supérieur du Burkina Faso (UNAPESB) a rencontré les syndicats de l’éducation et le gouvernement, en compagnie des leaders religieux et coutumiers, hier jeudi à la primature.

A en croire le confrère, «à l’issue des discussions, le président de l’UNAPESB a déclaré, qu’en principe, un accord devrait être signé dès le lendemain».

Pour sa part, Aujourd’hui au Faso barre en première page: «Manifestation d’élèves à Ouagadougou: Brève surchauffe avec les FDS devant la primature».

Selon le journal, les élèves de Ouagadougou ont tenté, hier jeudi 25 janvier 2018, de rencontrer le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba pour, dit-on, lui exposer leur inquiétude à propos du mouvement des enseignants. «Ils ont finalement été dispersés par les Forces de défense et de sécurité (FDS) après des échauffourées», relate le quotidien.

A ce sujet, le journal privé Le Quotidien affiche à sa Une: «Les prémices d’une année blanche», montrant des images d’élèves manifestants.


Le même journal informe qu’il y a eu un blessé et plusieurs arrestations, suite à des courses-poursuites entre élèves et policiers à Fada N’Gourma, capitale de la région de l’Est du Burkina Faso.

De son côté, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso publie le point de vue d’un citoyen sous le titre: «Grève des enseignants: +Nos enfants sont notre pétrole».

L’auteur de l’écrit fait remarquer qu’«un danger menace l’école burkinabè», parlant des «soubresauts dans le milieu éducatif, où des acteurs redoutent une année blanche».

À LA UNE
Retour en haut