International › APA

L’harmonie règne en Tchétchénie (président Kadyrov)

Pas d'image

Ramzhan Akhmadovitch Kadyrov, président de la Tchétchénie, un des Etats constitutifs de la Fédération de Russie, a déclaré lundi à La Mecque que son pays vit aujourd’hui «en harmonie et de façon prospère », même si la guerre civile a perturbé dans un passé récent cette quiétude, surtout chez les musulmans.« De grands crimes ont été commis au nom de l’islam en Tchétchénie. Aujourd’hui, le pays vit en harmonie et de façon prospère », a soutenu M. Kadyrov, dans un discours prononcé à l’ouverture du colloque international sur les valeurs de la modération et du juste milieu à la lumière du Coran et de la Sunna.

« Nous vous invitons par vous-mêmes à venir vous rendre compte de cette réalité dans notre pays », a lancé à l’assistance le président tchétchène, en tenue militaire et la barbe touffue plongée dans son texte.

Au début des années 2000, un conflit armé ayant opposé l’armée fédérale russe à des indépendantistes tchétchènes, s’est soldé par la mort de plusieurs citoyens tchétchènes avant la réinsertion de leur pays dans la Fédération de Russie.

Par ailleurs, plusieurs défenseurs de droits humains accusent aujourd’hui Ramzhan Kadyrov, 42 ans et en fonction depuis 2007, d’avoir installé une dictature en Tchétchénie.

Peu dérangé par ses pourfendeurs, il a déclaré : « aujourd’hui, mes enfants apprennent le Coran et la langue arabe » alors que cela n’était pas possible il n’y a guère longtemps.

Par ailleurs, il a salué la lutte menée par le président russe Vladimir Poutine pour la considération de toutes les communautés religieuses de l’Etat fédéral.

« En Russie, nous sommes 30 millions de musulmans et nous vivons en toute quiétude et liberté. Cela est dû à la politique sage de Vladimir Poutine », a-t-il insisté, notant par ailleurs que « le terrorisme n’a pas de religion ».

« Nous appelons à combattre toutes ces formes d’extrémisme, et grâce à Allah nous allons y arriver », a martelé Ramzhan Akhmadovitch Kadyrov.

Dans la même veine, il a invité les pays musulmans à s’unir derrière l’Arabie Saoudite pour remporter le combat contre l’extrémisme religieux.

En plus d’être « l’élément fédérateur des musulmans », a expliqué Ramzhan Kadyrov, « le royaume d’Arabie Saoudite travaille à l’unité des musulmans et à combattre l’extrémisme sous toutes ses formes ».


À LA UNE

Retour en haut