International › AFP

L’UE contredit Boris Johnson sur le hareng fumé et les règlements européens

Pas d'image

L’Union européenne a contredit jeudi le favori au poste de Premier ministre britannique, Boris Johnson, qui a accusé la règlementation européenne de nuire aux producteurs de hareng fumé en brandissant un poisson lors d’un événement de campagne.

Tentant de convaincre les membres du Parti conservateur de la nécessité de quitter l’Union européenne, lors d’un meeting mercredi soir, Boris Johnson a exhibé un hareng fumé.

Il a affirmé que ce poisson avait été produit par un « fumeur de harengs de l’île de Man (île située dans la mer d’Irlande) qui est absolument furieux, car après avoir envoyé pendant des décennies ses harengs fumés par la poste, ses frais ont massivement augmenté à cause des bureaucrates de Bruxelles, qui ont insisté pour que chaque hareng soit accompagné de cela – une poche de glace en plastique ».

Mais Anca Paduraru, porte-parole de la Commission européenne chargée des questions de sécurité alimentaire, a réfuté ces propos lors d’un briefing quotidien jeudi.

« Le cas décrit par M. Johnson n’entre pas dans le champ d’application de la législation de l’Union européenne et il s’agit exclusivement d’une compétence nationale britannique », a-t-elle déclaré.

« Il existe des règles strictes en ce qui concerne le poisson frais, mais ce type de règles ne s’applique pas aux produits de la pêche transformés – je parle de la température et du cas exact qu’il mentionnait », a-t-elle ajouté.


L’île de Man n’est pas membre de l’UE, mais en tant que dépendance de la Couronne britannique, elle fait partie de l’union douanière qui permet le mouvement des produits industriels et agricoles.

« Boris, l’île de Man n’est pas liée à la *bureaucratie* +inutile et nuisible+ de l’#UE en matière de sécurité alimentaire dont nous sommes fiers car elle protège les consommateurs », a tweeté le commissaire européen à la Santé, Vytenis Andriukaitis.

« Vous avez omis de dire que l’île de Man n’est pas dans l’Union européenne », a-t-il ajouté, évoquant des « fake news ».

« Au Royaume-Uni, les harengs fumés vendus en ligne doivent être maintenus à une température acceptable tout au long de leur transport. Les entreprises doivent veiller à ce que les matériaux utilisés soient adaptés à la nourriture et aux conditions d’utilisation », a déclaré David Alexander, responsable en matière de sécurité alimentaire à la Food Standards Agency, agence britannique chargée des règlementations en matière alimentaire, dans un communiqué transmis à l’AFP.

Le producteur du hareng fumé a refusé tout commentaire.

À LA UNE
Retour en haut