Société › Actualité

Mamou : Le tronçon Mamou-Dabola sur la RN 1 dans une situation lamentable

(c) droits réservés

Les usagers et les riverains du tronçon Mamou-Dabola de la Route Nationale Numéro un (RN1) vivent actuellement un calvaire qui ne dit pas son nom, à travers les escaliers sur la chaussée et le flot de poussières soulevé par les véhicules, a constaté le correspondant de l’AGP dans la préfecture de Mamou.

La partie la plus dégradée est celle du centre-ville de Mamou à la sous-préfecture de Dounet (Ballet) située à 30 Km du chef-lieu de la préfecture. Là toutes les parties qui semblaient être mauvaises ont été grattées et abandonnées par une entreprise, qui a disparu sans laisser de traces.

A 300m de Dindo, district de Dounet, un grand trou se trouve au beau milieu d’un pont, obligeant les usagers à utiliser une seule voie. La poussière aussi fatigue les usagers et les riverains. Une simple rencontre entre deux (02) engins soulève la poussière qui finit par se déposer sur les habitants et les toits des habitations, tout en altérant la visibilité.

De Dounet (Ballet) à Dabola, les parties dégradées ont été colmatés, mais elles présentent des descentes qui empêchent les usagers de rouler normalement.

Selon Thierno Aliou Diallo, un chauffeur qui pratique ce tronçon depuis 28 ans, les difficultés sont visibles.


«La poussière, les trous et le mauvais bitumage sont, entre autres, les maux dont nous souffrons en longueur de journée».

Pour Boubacar Barry, un autre chauffeur de la gare routière de la Conserverie, le mauvais état des routes est la principale cause des accidents.

«Dans le passé, une route bitumée pouvait faire jusqu’a 15 ans, mais de nos jours, il suffit 05 mois à 01 an, pour voir les routes dégradées».

A rappeler, que le tronçon Mamou-Dabola de 150 Km, est facturé par les transporteurs à 45.000GNF pour une durée de 03h30 mn à 04 heures de temps au lieu de 2h30mn dans le passé.

À LA UNE
Retour en haut