Politique › Justice

Mamou : un Espagnol arrêté pour trafic d’espèces protégées

Mamou (journaldeconakry.com) – Un citoyen espagnol a été arrêté par les services de sécurité ce samedi 22 septembre dans sa résidence à Room sur les îles de Los. L’arrestation de Carlos Corcès Bistamante fait suite  à un mandat d’amener émis par le parquet du tribunal de première instance de Mamou.

« à la date du 20 septembre 2018, notre parquet a été saisi par une dénonciation de la direction nationale des eaux et forets pour délits d’abattage d’espèces animales protégées, détention, circulation et commercialisation d’espèces animales intégralement protégées. Une mission de la compagnie de gendarmerie territoriale de Mamou appuyée par les officiers du ministère de l’environnement s’est rendue à Sabouya un secteur du district de Farenta dans la sous préfecture de Soya », a expliqué  Elhadj Sidiki Camara, procureur de la république prés le tribunal de première instance de Mamou.

« Les constations faites par la mission révèle ceci : abattage d’espèces animales intégralement protégées, détention, circulation et commercialisation d’une tête de cob de fassa, une tête de buffle, trophées d’espèces animales intégralement protégées par le code de protection de la faune sauvage et réglementation de la chasse », a-t-il ajouté.

Le procureur a fait savoir que « trois fusils à canon rayé ont été saisis ».


« La mission a interpellé sur le champ un premier suspect nommé Mohamed Camara avec qui les objets cités ont été saisis. Au cours de sa première comparution, Mohamed Camara a cité un citoyen espagnol qui se trouvait aux iles de Room. C’est ainsi que sur nos réquisitions, le juge d’instruction a décerné un mandat d’amener contre ledit citoyen espagnol à la date du 21 septembre 2018. La DPJ de Conakry a exécuté le mandat. L’espagnol a été arrêté. Sur instruction de Monsieur le procureur général, il a été conduit ce jour samedi devant notre parquet. Le juge d’instruction l’a inculpé pour les mêmes faits et l’a placé sous mandat de dépôt. Tous les deux seront détenus à la maison centrale de Mamou pour les besoins de l’information judiciaire ouverte », explique-t-il.

 

À LA UNE
Retour en haut