Politique › Actualité

Manifestations du Fndc: la Radho demande la libération sans condition des personnes interpellées

Les forces de l'ordre essayant de rétablir le calme à Conakry et ses environs. (c) Droits réservés.

Dans un communiqué la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme (Raddho) demande à Alpha Condé de renoncer à tout projet de modification de la Constitution.

La Rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme (Raddho) se dit inquiet de la situation sociopolitique qui prévaut au pays et invite le président Alpha Condé à oublier ses projets de modification de la Constitution. Elle appelle par ailleurs les forces de l’ordre aux respects des libertés et des droits de l’Homme et le respect de la liberté d’expression par les autorités administratives. La Raddho exige la libération sans condition de toutes les personnes interpellées au cours des manifestations.

Dans le communiqué publié le 15 octobre, l’association rappelle les conséquences des événements du 14 octobre 2019. La mort de cinq personnes dont quatre civils et un gendarme, 70 blessés et plusieurs dégâts matériels. C’est le bilan que la Raddho fait des manifestations organisées par le Front national pour la défense de la constitution (Fndc), le 14 octobre dernier en Guinée Conakry. L’association revient par ailleurs sur les arrestations survenues en marge de ces manifestations.

 


À LA UNE

Retour en haut