International › APA

Maroc : Le film documentaire « Guerre oubliée » remporte le Grand Prix du Festival du film sur la culture sahraouie hassanie à Laayoune

Le film documentaire « Guerre oubliée » de sa réalisatrice Asmae El Moudir a remporté le Grand Prix de la 5ème édition du festival du film documentaire sur la culture, l’histoire et l’espace sahraoui hassani, qui s’est tenue du 19 au 22 décembre à Laayoune, chef-lieu des provinces du Sud du Maroc.Cette œuvre documentaire relate l’histoire de quatre résistants ayant participé à une révolution historique déclenchée par un petit soulèvement en 1957 avant de se transformer en guerre menée par des résistants marocains appartenant aux tribus d’Ait Baamrane épaulés par l’armée de libération pour libérer la ville de Sidi Ifni de l’emprise coloniale espagnole. Cette guerre s’est soldée par le retrait du colonisateur espagnol de la ville.

Dans une déclaration à APA, la réalisatrice de ce documentaire, Asmae El Moudir n’a pas caché sa joie et son émotion après avoir remporté ce Grand prix et aussi le prix de la meilleure Réalisation, soulignant qu’elle n’a pas pensé à gagner « deux prix en même temps avec une compétition acharnée de 12 documentaires ».

« Ce documentaire rappelle que cette guerre a bel et bien existé et remporté par les tribus d’Ait Baamarane », a-t-il estimé, ajoutant qu’il s’agit d’un film avec toile de fond le politique mais avec un angle d’attaque très humain ».

« On a raconté cette histoire ces anciens combattants eux-même ayant vécu cette guerre », a enchainé Mme Asmae El Moudir qui vient de remporter le Prix de l’atelier de l’Atlas de développement du Festival International du Film de Marrakech 2019 pour son documentaire « Mensonge originel ».

Pour le prix de la meilleure musique, il a été attribué au documentaire « Oued Noun et le commerce caravanie » de son réalisateur Yassine Ait Fakir, et au documentaire « Bassiri, scène perdue » réalisée par Mme Loubna Younsi.

Quant au prix du meilleur Montage, il a été décérné au documentaire « Mikhyal » de son réalisateur Ahmed Bouchelka, tandis que le Prix du Jury n’a été attribué à aucun film documentaire en compétition.

La 5ème édition du festival du film documentaire sur la culture, l’histoire et l’espace sahraoui hassani s’est ouverte, jeudi à la ville de Laayoune, chef-lieu des provinces du sud du Royaume) en présence de grands noms de cinéma national et des personnalités des mondes de la culture, des arts et des médias.

Intiée par le Centre Cinématographique Marocain (CCM), cette grand-messe cinématographique a proposé aux cinéphiles un programme riche de films documentaires sur le patrimoine, la culture et l’histoire hassanie du Sahara.

Ce festival, haut en couleurs, a mis en compétition 12 longs métrages documentaires sur le thème de la culture, de l’histoire et de l’espace sahraoui, dont trois films réalisés par des femmes, qui ont en majorité bénéficié du soutien à la production d’oeuvres cinématographiques.

Le jury du festival, présidé par le scénariste et expert en communication et publicité, Mohamed Laâroussi, est composé de Zoubida Selami, militante des droits de l’Homme, Raâboub Bhay, journaliste et chercheur en culture hassani, Charaf Eddine Zine El Abidine, journaliste et directeur de festival cinématographique, et Mahjoub Doua, réalisateur, scénariste et producteur.

Selon les organisateurs, le festival du film documentaire sur la culture, l’histoire et l’espace sahraoui hassani a pour objectifs d’encourager les films documentaires et les productions cinématographiques dans les provinces du Sud.

Il vise aussi à promouvoir et à faire connaître les productions documentaires traitant des différents aspects du patrimoine culturel hassani, en tant que composante essentielle de l’identité marocaine.


À LA UNE

Retour en haut