International › APA

Menus diversifiés à la Une des quotidiens burkinabè

Les quotidiens burkinabè présentent ce jeudi des menus variés où l’on retrouve des sujets ayant trait à la politique, au sport et aux faits de société.« Crise à l’Université Nazi Boni de Bobo-Dioulasso: Les étudiants réclament le départ du chef de département», affiche en première page le journal privé Le Pays.

Ce quotidien rappelle que le 22 janvier dernier, les étudiants de la première année de Sciences économiques et de gestion (SEG) de l’Université Nazi Boni (UNB) de Bobo-Dioulasso, ont organisé une marche suite à la crise qui les oppose depuis octobre 2017, à leur administration.

Une marche qui, à en croire Le Pays, a été dispersée par les Forces de l’ordre.

Pour sa part, Aujourd’hui au Faso consacre sa manchette à la récente manifestation des élèves dans certaines villes du Burkina en titrant: «Mise en berne du drapeau à Koudougou : Aucun regret des élèves».

Le même journal renseigne que c’est toujours l’attente dans les rangs des policiers radiés suite aux  mutineries de 2011. «Après plusieurs rencontres et audiences dont la dernière a eu lieu le 28 septembre 2017 au Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN) à Ouagadougou», écrit le confrère.

Pendant ce temps, le quotidien national Sidwaya fait observer, à travers sa Une, que pour le financement du Plan national de développement économique et social (PNDES), «la Banque mondiale confirme son engagement».


En sport, Sidwaya évoque le Championnat d’Afrique des Nations (CHAN-2018) qui se dispute actuellement au Maroc, informant que «Les Etalons prennent la porte».

Et de relater qu’en concédant le nul (1-1), hier au stade Ibn Batouta de Tanger face aux Lions indomptables du Cameroun, les Etalons disent adieu à la 5e édition du CHAN.

Aujourd’hui au Faso se contente de titrer: «CHAN 2018: Les Etalons quittent la compétition sur un nul».

Le Pays qui promet de revenir plus en détail sur le sujet, souligne tout de même que «la sélection burkinabè qui la compétition avec seulement deux points».

À LA UNE
Retour en haut