Société › Transport

Moustapha Naité s’engage dans la lutte contre les surcharges

Le ministre des travaux publics s’est engagé dans la lutte contre les surcharges à l’essieu sur le réseau routier guinéen. Cette lutte fait suite à un constat amer qui a été fait sur le terrain.

De nos jours, le réseau routier guinéen est soumis à des agressivités diverses. Parmi celles-ci, il y a les surcharges, l’exécution des tranchées anarchiques, le déversement des produits pétroliers dans le corps des chaussés, l’accumulation des gros tas d’ordures et d’autres agrégats le long des chaussées. Pour couper le mal à la racine, le ministre Moustapha Naité a pris l’initiative d’organiser un atelier de formation et de sensibilisation avec la société Afrique Pesage pour mettre fin à ces pratiques et mieux protéger les infrastructures routières guinéennes.

Avant d’expliquer que la Guinée perd chaque année des millions de dollars dans la réfection des routes, Moustapha Naité qui a dirigé cet atelier de formation et de sensibilisation a donné la mission de la société Afrique Pesage. « L’atelier a pour but de mettre les différents acteurs au tour de la table pour échanger sur ce que va faire Afrique Pesage. Ce sont des millions de dollars que nous investissons chaque année dans nos routes et il est extrêmement important que nous fassions tout pour protéger nos routes. La surcharge que nous connaissons aujourd’hui est une réalité. Donc il est fondamental que nous fassions tout pour bloquer cette tendance que nous connaissons pour que nos routes ne se dégradent pas davantage. Nous allons tout faire avec l’accompagnement d’Afrique Pesage, cette concession qui leur a été donnée pour permettre de faire en sorte que nos routes puissent avoir une longue vie », a expliqué le ministre des travaux publics avant d’annoncer l’installation de 12 postes de pesage dans le pays.
« Dans la concession qui a été signé avec Afrique Pesage, 12 postes de pesage seront installés sur toute l’étendue du territoire national. Il a 4 vers la Basse Côte, notamment les zones frontalières et les grands points tels que le port autonome de Conakry, les plateformes de cimenterie. 12 postes seront l’objet d’installation de pèse-essieu et un vrai contrôle pour que les charges à l’essieu soient gérer à partir de ces points que nous connaissons déjà notamment les frontières de la Guinée avec le Sénégal, avec le Mali, avec la Côte d’Ivoire et aussi avec la Guinée Biseau. Ce ne serait pas uniquement à Conakry mais dans tout le pays et nous estimons qu’avec l’expérience d’Afrique Pesage on ne pourra qu’être les bénéficiaires », a-t-il ajouté.


Le Directeur National de l’Entretien Routier a quant à lui détaillé les efforts que la Guinée a fourni pour se conformer aux conventions sous régionaux dans le cadre de la lutte contre les surcharges. « Dans le cadre de l’application des conventions sous régionales notamment l’acte additionnel de la CEDEAO, la Guinée a réussi à imposer des bascules de pesage au sein des toutes les unités de production générant plus de 200 mille tonnes par an. Elle a réussi signé un accord de concession avec Afrique Pesage Guinée pour assurer au quotidien la vérification des surcharges en essieu. La Guinée a également réussi à construire des postes de pesage fixe sur nos principales voies. La lutte contre les surcharges devient le problème de chacun et de tous et nous vous confions à participer de façon énergétique à cette lutte pour le bien être de notre pays », a aussi expliqué Saa Yalondé Camara.

Le Directeur Général d’Afrique Pesage Guinée, société en charge de contrôler les surcharges et punir tous ceux qui vont enfreindre la loi par les amendes, a déjà annoncé la mise en application de cette pratique dès la semaine prochaine. « Ceux qui ne seront pas aux normes seront sanctionnés par des amendes. Nous allons faire ces amendes par étapes, il y a la surcharge routière, l’extrême surcharge et les délestages. A partir du 29 avril 2019, nous aurons les peseurs à blanc, il s’agira de faire peser nos amis camionneurs, leur indiquer les différents poids et les amandes qu’ils devaient payer si on était en terme de verbalisation pour qu’ils puissent naturellement s’accommoder à notre convenu inter-guinéenne », a annoncé Tagbo Stéphane Alain.

À LA UNE
Retour en haut