International › AFP

Nucléaire: l’Iran évoque des « points d’accord » avec Macron

Pas d'image

Le chef de la diplomatie iranienne a fait état jeudi, à la veille d’une rencontre avec le président français, de « points d’accord » avec Emmanuel Macron, qui cherche à sauver l’accord sur le nucléaire iranien fragilisé par le retrait américain.

« Le président Macron a contacté le président (iranien Hassan) Rohani avec diverses propositions et le président Rohani m’a chargé d’aller rencontrer le président Macron pour savoir si nous pourrons finaliser certaines de ces propositions afin de permettre à chacun de s’acquitter de ses obligations en vertu du JCPOA (l’accord sur le nucléaire) », a dit Mohammad Javad Zarif.

« C’est l’occasion d’examiner la proposition du président Macron et de présenter le point de vue du président Rohani, et de voir si nous pouvons trouver un terrain d’entente. Nous avons déjà des points d’accord », a-t-il ajouté.

A Paris, la présidence française a confirmé qu’Emmanuel Macron recevra vendredi matin le ministre iranien pour discuter du nucléaire iranien avant le sommet du G7 de Biarritz au cours duquel ce dossier très sensible sera abordé.

Cette rencontre se tiendra « dans la continuité » des entretiens qu’a eus le président français ces derniers mois pour tenter de sauvegarder l’accord sur le nucléaire iranien (JCPOA), dont les États-Unis sont sortis en 2018, selon la présidence française.

La tenue de cet entretien, qui se déroulera hors presse, avait été annoncée par les médias iraniens en début de semaine.

Emmanuel Macron avait confirmé mercredi, devant des journalistes, qu’il s’entretiendrait avec des représentants iraniens « pour essayer de proposer des choses » alors que le nucléaire iranien sera au centre des discussions à Biarritz entre Donald Trump d’un côté, et les dirigeants des pays européens signataires du texte, de l’autre. « On a des vrais désaccords au sein du G7 », a-t-il reconnu.

Signataire de l’accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015, la France conduit les efforts européens pour sauver le texte depuis le retrait unilatéral du président américain Donald Trump en mai 2018, suivi du rétablissement de sanctions draconiennes contre Téhéran.

Conclu entre l’Iran et le groupe 5+1 (Etats-Unis, Chine, Russie, Royaume-Uni, France et Allemagne), l’accord avait permis la levée d’une partie des sanctions en échange de l’engagement iranien de ne pas se doter de l’arme nucléaire.

En réponse au retrait américain et à l’incapacité des Européens à l’aider à contourner les sanctions, Téhéran a arrêté en juillet de respecter certains de ses engagements pris aux termes de l’accord.

L’Iran a menacé de s’affranchir d’autres obligations si les Etats parties à l’accord ne parviennent toujours pas à l’aider à contourner les sanctions, notamment pour vendre son pétrole.

Ces mesures « peuvent être annulées dès que l’Europe se conformera à ses obligations du JCPOA », a répété M. Zarif jeudi.

Après la rencontre entre MM. Macron et Zarif, le dossier iranien devrait encore être abordé au sommet du G7 qui se tiendra dans la foulée à Biarritz de samedi à lundi.


À LA UNE

Retour en haut